Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/685

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


C’est ce que Boece appelle le Tétracorde de Mercure, quoique Diodore avance que la Lyre de Mercure n’avoit que trois Cordes. Ce Systême ne demeura pas long-tems borné à si peu de Sons : Chorebe, fils d’Athis Roi de Lydie, y ajouta une cinquieme Corde ; Hyagnis, une sixieme ; Terpandre, une septieme pour égaler le nombre des planetes ; & enfin Lychaon de Samos, la huitieme.

Voilà ce que dit Boece : mais Pline dit que Terpandre, ayant ajouté trois Cordes aux quatre anciennes, joua le premier de la Cythare à sept Cordes ; que Simonide y en joignit une huitieme, & Thimothée une neuvieme. Nicomaque le Gérasénien attribue cette huitieme Corde à Pythagore, la neuvieme à Théophraste de Piérie, puis une dixieme à Hystiée de Colophon, & une onzieme à Timothée de Milet. Phérécrate dans Plutarque fait faire au Systême un progrès plus rapide ; il donne douze Cordes à la Cythare de Ménalippide, & autant à celle de Timothée. Et comme Phérécrate étoit contemporain de ces Musiciens, en supposant qu’il a dit en effet ce que Plutarque lui fait dire, son témoignage est d’un grand poids sur un fait qu’il avoit sous les yeux.

Mais comment s’assurer de la vérité parmi tant de contradictions, soit dans la doctrine des Auteurs, soit dans l’ordre des faits qu’ils rapportent ? Par exemple le Tétracorde de Mercure donne évidemment l’Octave ou le Diapason. Comment donc s’est-il pu faire qu’après l’addition de trois Cordes, tout le Diagramme se soit trouvé diminué d’un Degré & réduit à un Intervalle de Septieme ?