Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/779

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


quant à la Valeur, & où elles sont actuellement. Les Silences équivalens sont expliqués à l’article SILENCE.

L’Auteur de la Dissertation sur la Musique moderne trouvé tout cela fort mal imaginé. J’ai dit, au mot NOTE, quelques-unes des raisons qu’il allegue.

VARIATIONS. On entend sous ce nom toutes les manieres de broder & doubler un Air, soit par des diminutions, soit par des passages ou autres agrémens qui ornent & figurent cet Air. À quelque degré qu’on multiplie & charge les Variations, il faut toujours qu’à travers ces broderies on reconnoisse le fond de l’Air que l’on appelle le simple, & il faut en même tems que le caractere de chaque Variation soit marqué par des différences qui soutiennent l’attention & préviennent l’ennui.

Les Symphonistes sont souvent des Variations impromptu ou supposées telles ; mais plus souvent on les note. Les divers Couplets des Folies d’Espagne, sont autant de Variations notées ; on en trouvé souvent aussi dans les Chaconnes Françoises, & dans de petits Airs Italiens pour le Violon ou le Violoncelle. Tout Paris est allé admirer, au Concert spirituel, les Variations des sieurs Guignon & Mondonville, & plus récemment des sieurs Guignon & Gaviniès, sur des Airs du Pont-neuf qui n’avoient d’autre mérite que d’être ainsi variés par les plus habiles Violons de France.

VAUDEVILLE, Sorte de Chanson à Couplets, qui roule ordinairement sur des Sujets badins ou satyriques. On fait remonter l’origine de ce petit Poeme jusqu’au regne de Charlemagne : mais, selon la plus commune opinion, il fut