Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/795

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je penserois que le vrai caractere distinctif de la Voix de Chant est de former des Sons appréciables dont on peut prendre ou sentir l’Unisson, & de passer de l’un à l’autre par des Intervalles harmoniques & commensurables, au lieu que, dans la Voix parlante, ou les Sons ne sont pas assez soutenus, &, pour ainsi dire, assez uns pour pouvoir être appréciés, ou les Intervalles qui les séparent ne sont point assez harmoniques, ni leurs rapports assez simples.

Les observations qu’a fait M. Dodart sur les différences de la Voix de parole, & de la Voix de Chant dans le même homme, loin de contrarier cette explication, la confirment ; car, comme il y a des Langues plus ou moins harmonieuses, dont les Accens sont plus ou moins Musicaux, on remarque aussi, dans ces Langues, que les Voix de parole & de Chant se rapprochent ou s’éloignent dans la même proportion. Ainsi, comme la Langue Italienne est plus Musicale que la Françoise, la parole s’y éloigné moins du Chant ; & il est plus aisé d’y reconnoître, au Chant, l’homme qu’on a entendu parler. Dans une Langue qui seroit toute harmonieuse, comme étoit au commencement la Langue Grecque, la différence de la Voix de parole à la Voix de Chant seroit nulle ; on n’auroit que la même Voix pour parler & pour chanter peut-être est-ce encore aujourd’hui le cas des Chinois.

En voilà trop, peut-être, sur les différens genres de Voix ; je reviens à la Voix de Chant, & je m’y bornerai dans le reste de cet article.

Chaque Individu a si Voix particuliere qui le distingue de toute autre Voix par quelque différence propre, comme un