Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


128 DU CONTRAT SOCIAL

nauté (*) ; car, premièrement, chacun se donnant tout entier, la condition est égale pour tous ; et, la condition étant égale pour tous, nul n'a intérêt de la rendre onéreuse aux autres ( 2 ).

De plus, l'aliénation se faisant sans réserve, l'union est aussi parfaite qu'elle peut l'être, et nul associé n'a plus rien à réclamer : car, s'il restait quelques droits aux particuliers, comme il n'y aurait aucun supérieur commun qui pût prononcer entre eux et le public, chacun, étant en quelque point son propre juge, prétendrait bientôt l'être en tous; l'état de nature subsisterait, et l'association deviendrait nécessairement tyrannique ou vaine ( 3 ).

(') C'est ici le principe essentiel sur lequel repose tout le livre. Il a soulevé d'innombrables objections, dont nous exposerons et discuterons les principales. Il importe donc d'abord de bien l'entendre : — Les hommes, par le contrat, renoncent formellement à tous les droits qu'ils tiennent de la nature, sans aucune exception, et s'engagent à n'exercer désormais d'autre autorité que celle qui leur sera conférée par le pacte social et par les lois. L'homme abandonne à la société tous ses droits naturels et il en recevra en retour une certaine quantité de droits conventionnels.

( 2 ) Ces deux raisons ne sont pas très claires et l'on ne voit pas pourquoi l'apport de chacun est égal. C'est plutôt lorsque les hommes se sont complètement dépouillés de leurs droits naturels qu'ils se trouvent tous sur le pied d'égalité et que la société peut' essayer de leur conférer à tous une part égale de droits conventionnels. C'est, je crois, ce que veut dire Rousseau.

( 3 ) C'est là, je crois, la raison la plus solide en faveur du système de Rousseau; la plupart de ses adversaires ont semblé ne pas la remarquer et ne l'ont pas discutée. — On a reproché de tous les côtés à Rousseau de sacrifier com- plètement l'individu à l'Etat, et de le dépouiller de tous ses droits naturels pour ne lui laisser que ceux que la société veut bien lui reconnaître. Mais, répond Rousseau, il est

�� �