Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ou sur les biens du clergé ( 1 ), ou, encore, Billaud- Varenne s’en réclame pour proposer l’organisation d’une république iédérative ( 2 ), — d’autre part, théorique et surtout idéale : on emprunte à Rousseau des formules générales, des définitions de la liberté, de l’égalité, de la souveraineté, qui servent de principes; le Contrat social contribue à déterminer un état d’esprit encore vague, où des tendances démocratiques se forment peu à peu. Ainsi les auteurs de la constitution monarchiste et censitaire de 1791 invoquent le Contrat social, tout comme le feront plus tard les Conventionnels pour la constitution de 1793 : a notre Constitution n’est que le développement des idées de Rousseau...; Rousseau n’en est pas moins le premier fondateur de la Constitution », tels sont les termes d’une adresse signée par les hommes les plus distingués et les plus compétents, Ginguené, Ducis, Mercier, etc., et présentée à l’Assemblée nationale pour deVnander la translation des cendres de Jean-Jacques au Panthéon ( :i ). Les Constituants avaient fait placer dans la salle de leurs séances le buste de Rousseau et un exemplaire du Contrat social avait été déposé sur le socle ( 4 ) ; ils avaient décrété de

(’) Séance du2Nov. 1789 : Mirabeau, commentant avec hardiesse le Contrat social, soutient que la volonté générale a le droit de modifier toute loi, quelle qu’elle soit (Jaurès, 1. 1, p. 453).

C 2 ) L’Acéphocratie ou le gouvernement fédératif démontré le meilleur de tous pour un grand empire, par les principes de la politique et les faits de l’histoire, par M. B. de Varennes, etc. Paris. 1791. — Une proposition dans le même sens fut faite aux Jacobins, le 10 septembre 1792, par Terrasson, qui invoqua l’autorité du « divin Jean-Jacques ». (Aulard, Hist. pot., p. 263).

< 3 ) 27 août 1791, séance du soir (cité par E. Champion, Rev. bleue, février 1889, p. 239). Cf. Gudin (ouvr. et passage cité plus haut) ; — Mercier, -de J.-J. Rousseau, considéré comme l’un des premiers auteurs de la Révolution, exprime la même idée (II, p. 306-313); — Robespierre célèbre Rousseau à la tribune de l’ Assemblée, le 11 août 1791 : « son génie puissant et vertueux a préparé vos travaux. » ,,

( 4 ) Séance du 22 juin 1790.