Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
116
La Monongahéla

« Ainsi se termina dans le silence des forêts, dit Garneau, la vie d’un homme dont le nom retentit aujourd’hui plus souvent dans l’histoire que celui de bien des personnages qui faisaient alors du bruit sur la scène du monde, et qui sont pour toujours oubliés. »

Après avoir versé bien des larmes sur le corps de leur Père, les deux compagnons du missionnaire allèrent l’enterrer sur une petite colline voisine et ils plantèrent une grande croix sur sa tombe.

Cependant Jolliet et Marquette n’avaient pas suivi ce grand fleuve dans tout son cours et n’avaient fait qu’augurer, sans l’avoir constaté de leurs yeux, que le Mississipi se décharge dans le golfe du Mexique. Ce ne fut qu’en 1682 que Cavalier de la Salle, après des fatigues inouïes, des contrariétés sans nombre, accomplit cet exploit et prit possession, au nom du roi Louis XIV, de l’immense bassin du Mississipi auquel il donna le nom de Louisiane.

La découverte par mer de l’embouchure de ce grand fleuve est due à LeMoyne d’Iberville qui y entra le 2 mars 1699. Il y fit plusieurs voyages notamment en 1701, où il commença des établissements sur la rivière Mobile.

Il y bâtit un fort avant de partir et en laissa le commandement à son frère, M. de Bienville.

L’année suivante, d’Iberville revint pour une quatrième et dernière fois, y fit construire des magasins et des casernes dans un endroit qu’il avait nom-