Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/145

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
147
La Monongahéla

du fort ; puis ensuite les officiers de la garnison et les autres invités suivant leur importance. Le chapelain dit le Benedicite et l’on attaqua avec entrain le menu du diner.

La gaieté ne tarda pas à régner parmi les convives.

Seul Daniel n’y prit aucune part.

Il observait avec angoisse l’air d’aisance avec lequel Dona Maria recevait les galanteries de Don Gusman. Elle semblait éprouver toute la joie naïve d’une coquette de village aux compliments d’un grand seigneur alors qu’une voix l’avertit qu’ils sont mérités.

C’est qu’elle était belle ce soir-là ! belle à le désespérer. Ses lèvres faisaient pâlir l’incarnat des grenades servies à profusion sur la table, ses joues éclipsaient la teinte rosée des sandias. Son voile de soie, jeté sur sa tête, laissait entrevoir les nattes luisantes de sa chevelure et entourait de ses plis l’ovale enchanteur de son visage. Le voile étroit cachait ses épaules, mais ne descendait pas jusqu’à sa taille, dont les riches contours étaient dessinés par sa ceinture écarlate, et, sous ses plis chatoyants, ses bras étincelants de blancheur empruntaient un nouveau lustre à l’azur du reboza.

De nouveau la jalousie rongeait le cœur de Daniel, et quand Don Pedro en se levant donna le signal de passer au salon, il sembla au jeune homme qu’on lui enlevait un poids sur la poitrine. À peine