Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/156

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
158
La Monongahéla

dénouement imprévu devait plaider sa cause plus éloquemment.

À l’aspect de Daniel qui maintenait son attitude défensive, tandis que des gouttes de sang tombaient de son bras blessé, son cœur s’émut d’une admiration sympathique. Si elle n’eût écouté que sa première impulsion, elle se serait jetée heureuse et attendrie dans les bras de cet homme jeune, intrépide, beau et victime d’un guet-à-pent où son sang avait coulé ; mais par une contradiction inexplicable de sa nature qu’elle cacha sous une chaste réserve, ce fut vers Don Gusman qu’elle porta ses attentions :

— Êtes-vous blessé ? Don Gusman, dit elle. Non, alors que la Sainte Vierge soit bénie !

L’agitation à laquelle était en proie la jeune fille, sa poitrine qui bondissait sous le léger tissu dont elle était couverte, son rebozo qu’elle avait rejeté en arrière de sa tête et qui laissait flotter son opulente chevelure, tout cet ensemble en un mot imprimait aux traits de Dona Maria un cachet de fière et sauvage beauté qui la rendait plus belle, plus irrésistible que jamais.

Daniel, qui était resté le front haut, l’œil étincelant, perdit peu à peu l’expression de mâle virilité qui avait animé son visage tant qu’il avait été en face du danger. Sa fierté se fondit en un découragement profond en voyant l’espèce d’indifférence