Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/89

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
91
La Monongahéla

d’une attaque si imprévue, les Anglais furent refoulés, et presque tous tués ou faits prisonniers.

« Nescambiouit, notre fameux chef abénaquis, qui s’est distingué tant de fois parmi nous, a fait merveilles en cette occasion avec le sabre que le roi lui donna lors de son voyage en France.

« Dans ces deux actions, nous avons perdu trois sauvages et cinq Canadiens, parmi lesquels nous pleurons deux jeunes officiers de grandes espérances, M. Hertel de Chambly, frère de Rouville, et M. Jared de Verchères.

« Les prisonniers se louent beaucoup de la conduite des vainqueurs à leur égard pendant le voyage au Canada. Les officiers canadiens se sont montrés aussi complaisants après la victoire, qu’ils avaient été courageux pendant le combat. On vante surtout la courtoisie de sieur Dupuy, de Québec, lequel porta sur ses épaules pendant une grande partie de la route, la fille du lieutenant du roi de Haverhill, qui s’était trouvée trop faible pour suivre ses capteurs. »

Les deux jeunes gens avaient écouté cette lecture avec la plus religieuse attention et l’intérêt le plus vif. Une perle humide roulait au coin de leur paupière quand M. de Bienville leva sur eux son clair regard.

— Bien, mes enfants, dit-il, j’aime à vous voir cette sensibilité à la nouvelle de la mort de vos amis.