Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
96
La Monongahéla

dame sa mère, si vous vous rappelez, maître, fit un autre matelot.

— Et voilà, reprit Bertrand, ce que je ne puis m’expliquer de la part du moucheron, qui tremble comme une voile dans le vent chaque fois qu’il est question de se brosser la ralingue.

— C’est que, maître, ce jour-là j’avais vu le père Rasle.

— Eh bien ! quoi qu’’il t’avait fait, le père Rasle ?[1]

— Il m’avait confessé.

— Ah ! mon garçon, use du moyen pour te donner du cœur au ventre, il est bon. Il n’y a rien comme de larguer en grand toute sa vie dans le pertuis de l’entendement d’un aumônier pour faire aller sur le grand largue.

— Que vous allez à confesse, maître Bertrand ? firent plusieurs soldats. Nous croyons que vous étiez un vieux dur à cuire qui ne croyait pas à ces choses-là.

— Je ne me fâche pas, mes enfants, attendu que j’ai été tout ce que vous dites. Je riais de ces choses que j’appelais des bêtises ; mais depuis que le vieux père Rasle m’a pompé sans tant seulement que je m’en aperçoive…

— Sans vous en apercevoir ?

  1. Missionnaire en Acadie assassiné par les Anglais le 22 août 1724, près de Narantchouak.