Page:Roustam Souvenirs, 1911.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
x
préface


loppements trop de sauce autour d’un poisson qui peut être médiocre.



À l’époque de la Restauration, il s’était constitué pour exploiter l’Épopée, un certain nombre d’usines qui n’étaient point sans communication les unes avec les autres, et où l’on fabriquait des mémoires. De ces usines, les unes, comme l’usine La Mothe-Langon, travaillaient de génie ou de sottise. Elle n’avait besoin, pour imaginer les mémoires de Napoléon, de Louis xviii, d’Une Femme de qualité, de la Comtesse d’Adhémar, la Duchesse de Berry, la Comtesse du Barry, Sophie Arnould, Mlle Duthé, la Vicomtesse de Fars-Fausse-Landry, et combien, combien d’autres ! — que des potins courants ou courus depuis vingt ans, des journaux parus à Londres ou à Hambourg et d’un certain jeu d’anecdotes qu’on retrouvait identiques dans la plupart des livres de cette marque. Ainsi, lorsqu’on voit arriver les historiettes sur l’évasion du Dauphin, les plaintes sur ce jeune infortuné auquel Napo-