Page:Roy - Joyeux propos de Gros-Jean, 1928.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE PRÔNE DU BEDEAU


Le curé de notre village,
Un dimanche matin,
S’aperçut avec chagrin
Qu’il avait pour partage
Un enroûment méchant,
De parler l’empêchant.
Quel sort cruel ! Que faire ?
Il n’avait pas de vicaire
Qui pût le remplacer ;
Sa cure étant trop petite,
Il avait dû s’en passer.
Ce qui le trouble et l’agite,
Ce n’est pas son sermon
Qu’il ne peut dire, non !
Mais les annonces à faire ;
Voilà bien la belle affaire
Qui ne se remet pas !