Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dissoluble & très-sapide, connu sous le nom de nitre calcaire : de la dissolution de la terre argileuse résulte un nitre alumineux ; & de celle de la magnésie, une espèce de sel d’ebsom par l’acide nitreux ou de nitre de magnésie.

Tous les alkalis forment des sels neutres avec l’acide nitreux ; l’alkali fixe donne le nitre ou le salpêtre du commerce, cristallisé en aiguilles ; l’alkali minéral, le nitre cubique cristallisé en rhombes ou en cubes ; & l’alkali volatil, le nitre ammoniacal.

L’acide nitreux enflamme seul toutes les huiles essentielles, même les huiles douces qui sont siccatives ; mais il ne peut enflammer les huiles grasses que par l’intermède de l’acide vitriolique ; il forme un éther nitreux avec l’esprit-de-vin.

Le troisième des acides minéraux est l’acide marin, ainsi nommé, parce qu’on le retire abondamment du sel marin. Jouissant des propriétés communes aux acides en général, il diffère de l’acide vitriolique, en ce qu’il est plus léger & plus volatil ; qu’il a une odeur piquante & un peu safranée, une couleur d’un jaune doré, & qu’il répand des vapeurs blanches, qui ne sont visibles que par le contact de l’air, au contraire de l’acide nitreux qui a une couleur jaune rouge, ainsi que ses vapeurs. Il ne détruit point les couleurs des végétaux en les changeant ; il a une saveur violemment aigre ou acide, mais sans arrière-goût ; le plus foible de tous les acides minéraux, l’acide vitriolique & l’acide nitreux, le dégagent facilement de ses bases.

La dissolution des métaux, par l’acide marin, forme les métaux cornés : il dissout les uns immédiatement, & les autres par intermède ; sa combinaison avec l’argent produit la lune cornée ; avec le mercure, le sublimé corrosif ; avec le cuivre, le sel marin cuivreux ; avec le plomb, le plomb corné : à l’aide de la chaleur, il dissout facilement l’étain, le fer, dont il dégage des vapeurs inflammables, l’antimoine, le bismuth, le zinc, l’arsenic, &c.

Toutes les terres dissolubles cèdent facilement à l’action de cet acide ; avec la terre calcaire, on a le sel marin calcaire ; avec l’argile, un sel marin alumineux ; avec la magnésie, un sel gélatineux déliquescent.

L’alkali végétal forme avec lui le sel fébrifuge de Silvius ; l’alkali minéral, le sel commun ou le sel de cuisine ; & l’alkali volatil, le sel ammoniac du commerce.

L’acide marin très-concentré agit puissamment sur les matières végétales & animales, mais moins vivement que l’acide nitreux, & sans les noircir comme l’acide vitriolique ; il n’a point d’effet sur les matières huileuses ; & avec l’esprit de vin, il forme un éther particulier.

Nous venons de voir presque toutes les substances de la nature soumises à l’action des acides, excepté l’or ; mais il trouve son dissolvant dans l’eau régale, acide mixte composé de l’acide nitreux & de l’acide marin. Tous les métaux & demi-métaux sont attaqués par l’eau régale, excepté l’argent & l’arsenic ; ses combinaisons avec les terres, les alkalis & les substances végétales & animales, ne sont pas connues.