Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le pistil devient une silique divisée dans sa longueur en deux loges par une cloison mitoyenne, & il l’appelle hesperis allium redolens. M. Linné la classe dans la tétradynamie siliqueuse, & la nomme erysimum alliaria.

Rozier - Cours d’agriculture, tome 1, pl. 7 aliaire.png

Fleur : blanche, en forme de croix ; les pétales B oblongs, obtus à la pointe ; les onglets, de la longueur du calice. Les folioles du calice alongées, colorées ; deux nectars en forme de glandes entre les filets des étamines. Les étamines C au nombre de six, dont quatre plus longues & deux plus courtes, environnent le pistil. Les plus longues sont placées deux à deux en opposition, sur les deux côtés les plus larges du calice ; & les deux plus courtes, en opposition sur les deux côtés les plus étroits. Le pistil est placé au centre des étamines sur un disque orbiculaire. Il est composé d’un ovaire long, d’un style très-court, & d’un stigmate rond. Toutes les parties de la fleur sont rassemblées dans le calice D.

Fruit. Le pistil se change en une silique linéaire, à quatre côtés, à deux valvules, qui s’ouvrent longitudinalement de bas en haut E. Les semences F sont petites, obrondes, & sont attachées par une espèce de petit cordon ombilical, à la membrane mitoyenne de la silique.

Feuilles, en forme de cœur, découpées inégalement sur leurs bords, portées par un pétiole dont la prolongation forme une forte nervure qui se ramifie dans toute la feuille. Quelquefois les feuilles du bas de la tige sont en forme de rein.

Racine ; A semblable à un navet, & quelque peu fibreuse.

Lieu. Les bois, les prés, le long des haies. Cette plante est vivace.

Port. La tige s’élève à deux pieds environ ; elle est cylindrique, un peu cannelée, un peu velue, & lisse dans le haut. Les fleurs sont soutenues par de courts péduncules au sommet des tiges, où elles sont disposées en épi. Les feuilles sont alternes.

Propriétés. La plante est amère au goût & d’une odeur d’ail, d’où elle tire son nom. Elle est diurétique, incisive, carminative, expectorante. Les feuilles diminuent quelquefois l’oppression, rendent l’expectoration plus libre dans l’asthme pituiteux & dans la toux catarrale. M. Chomel assure l’efficacité de ce remède contre les ulcères carcinomateux ; d’autres la regardent comme excellente dans le scorbut, contre la gangrène humide, &c. Il seroit nécessaire que l’expérience prononçât de nouveau sur ces faits.

Usage. On ne se sert que de l’herbe ; on en fait des décoctions & des cataplasmes. Les feuilles fraîches se donnent depuis deux drachmes jusqu’à une once en infusion dans cinq onces d’eau ; les feuilles sèches, depuis demi-drachme jusqu’à demi-once en infusion dans la même quantité d’eau.


ALIGNEMENT, ALIGNER. Termes de Jardinage. Deux manières d’aligner, ou au cordeau, ou avec des piquets. Cette seconde manière est préférable lorsqu’il s’agit d’aligner, par exemple, une allée très-longue. Une pierre, une ronce sont