Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fournit deux ; & six angles, dont trois saillans & trois rentrans. Chaque rhombe qui fournit seul un angle saillant, fournit aussi un des côtés qui forment les angles rentrans de la base pyramidale. Les angles saillans de la base de ce fond pyramidal, sont donc ceux qui sont opposés aux angles du sommet de la pyramide, & les angles rentrans ceux qui sont formés par les six côtés des rhombes qui ne se touchent pas, tandis que les six autres qui se touchent & sont unis ensemble, forment l’angle solide de la cavité pyramidale. Ces six côtés, qui forment par leur jonction les trois angles rentrans, sont la base sur laquelle reposent les six lames de cire, qui, par leur réunion, forment le tuyau exagone ou le corps de la cellule.

Les six lames dont le tuyau exagone est composé, sont six trapèzes. (Fig. 8, Pl. 1, page 15.) Swammerdam assure qu’ils sont constamment égaux. M. de Réaumur, au contraire, a observé qu’il y en a toujours deux plus petits que les autres. Chaque trapèze a deux grands côtés parallèles (a, a, a, a,) qui sont inégaux, & deux petits qui ne sont ni égaux ni parallèles, (b, b.) Le plus petit de ces côtés joint les deux grands en tombant sur eux perpendiculairement ; il forme par conséquent avec eux deux angles droits : l’autre petit côté qui lui est opposé, qui doit reposer sur le fond pyramidal, s’unit aux deux grands en prenant une direction oblique, & fait avec eux deux angles inégaux.

Ces six trapèzes réunis, de manière que tous les plus petits côtés qui se joignent aux grands par une direction perpendiculaire, se trouvent ensemble à l’entrée de l’alvéole, forment le tuyau exagone ou le corps de la cellule ; étant unis par leurs plus grands côtés, ils doivent former un tuyau dont un des bouts aura trois angles saillans, trois rentrans, & par conséquent six côtés. Les angles saillans seront formés par la réunion des deux plus grands côtés de deux trapèzes, & les rentrans par les deux autres côtés qui leur sont parallèles. Le tuyau exagone aura donc autant d’angles & de côtés, de même valeur, à un de ses bouts, que la base pyramidale. C’est par cette extrémité, qui a trois angles rentrans & trois saillans, que le tuyau exagone est joint à sa base, qui a le même nombre d’angles, de même nature & de même valeur. Pour que le tuyau s’unisse à sa base, afin de former avec elle l’alvéole, il est nécessaire que les angles saillans du tuyau s’engrènent dans les angles rentrans de la base, dont les angles saillans doivent aussi être reçus dans les angles rentrans du tuyau : c’est ce qui a lieu ; autrement ces deux corps ne pourroient point se réunir pour former l’alvéole. Voici de quelle manière on peut concevoir cet assemblage.

Deux trapèzes joints ensemble par leurs plus grands côtés, forment une arête qui est terminée par un angle saillant, formé par les deux petits côtés des deux trapèzes, dont la direction est oblique. Chacun de ces deux trapèzes va se reposer par son petit côté oblique, sur un des côtés vides d’un des rhombes qui fait partie de la base pyramidale ;