Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1781, tome 1.djvu/536

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de six, plus courtes que la corolle, & implantées sur le réceptacle. Les anthères sont droites & en forme de fer de flèche. Le pistil est de la longueur des étamines ; son stigmate est obtus & divisé en trois.


Rozier - Cours d’agriculture, tome 1, pl. 14.png


Fruit A, représente l’assemblage de différentes baies, disposées en forme d’épi autour d’un axe commun. Chaque fruit est une baie anguleuse charnue B, enveloppée par le calice, & son sommet recouvert par la corolle. L’un & l’autre ne tombent que par la maturité du fruit. Son intérieur est figuré en C. Lorsqu’on coupe cette baie transversalement comme en D, on voit dans la partie inférieure, le centre ou noyau, duquel sortent de petites houppes blanchâtres, placées dans le milieu de chacun des côtés du triangle. On voit la même chose en E dans la baie coupée perpendiculairement ; F sert de base au pistil.

Feuilles. Les radicales sont entières, droites, pointues, creusées en gouttière, épaisses, fermes, les bords armés de piquans.

Racine, fibreuse.

Port. La plante bien cultivée, garnie de son fruit & de sa couronne, s’élève depuis dix-huit à vingt-quatre pouces dans les serres chaudes. Les feuilles embrassent le bas de la tige en manière de gaine ; elles sont alternes, & du milieu de ces feuilles part une tige grosse comme le pouce. La fleur est violette, & les bords du calice rougeâtres. Lorsque le fruit n’a pas encore acquis sa grosseur, sa couleur est d’un rouge assez vif, & elle se change en jaune doré lors de sa maturité. Une couronne G de feuilles vertes, semblables & plus petites que celles du bas de la plante, termine la tige.

Lieu. En général, tous les pays très-chauds, comme les Indes orientales, les îles françoises & espagnoles de l’Amérique.


Variétés.

Il y a quelque confusion dans les descriptions des auteurs : malgré cela, on peut réduire ces variétés à sept. La première est l’ananas épineux, à fruit ovale, & dont la chair tire sur le blanc ; c’est celle qu’on cultive le plus communément dans les serres chaudes de l’Europe, & ce n’est pas la meilleure pour la qualité. Son suc ne porte pas avec lui le velouté & le parfum des autres ; il est même un peu âpre & astringent. La deuxième est l’ananas épineux, dont le fruit est en pain de sucre, & dont la chair est dorée ; il est plus gros, plus savoureux, plus aromatique que le précédent. La troisième est l’ananas à feuilles d’un verd clair, & presque sans épine : il est plus connu sous le nom d’ananas pitte, que les habitans d’Amérique appellent le Roi des ananas. M. Henri Heathcote l’a obtenu en Angleterre, en semant la graine du fruit qui lui avoit été envoyé de la Jamaïque. La quatrième est l’ananas à fruit pyramidal, de couleur d’olive en dehors, & jaune en dedans. On le nomme ananas de Mont-Ferrat : il est plus petit que les autres, & sa saveur & son odeur approchent de celle du coin. La cinquième est l’ananas à feuilles presque sans épines. Il mérite peu d’être cultivé. La sixième est l’ananas épineux, à fruit pyramidal, d’un verd jaunâtre, connu