Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/140

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entrer à l’hospice. En été quand la saison était bonne ils avaient quelquefois jusqu’à 10 shillings de bénéfice en une semaine, en ce cas, ils économisèrent toujours pour leur semaine suivante qui était généralement mauvaise. L’hiver ils ne se faisaient pas moitié autant. Depuis 3 ans ils avaient été de mal en pire. Cornelius Collins dit qu’il avait aidé son père depuis 1847. Ils avaient l’habitude de travailler si avant dans la nuit que tous deux avaient perdu la vue. Le témoin avait maintenant un voile sur les yeux. Il y a 3 ans, le défunt demanda des secours à la paroisse. Le commissaire des pauvres lui donna un pain de 4 livres et lui dit que s’il revenait il aurait des pierres. Cela dégoûta le défunt et il ne voulut plus rien avoir à faire avec eux depuis lors[1].

(a) Ruskin veut parler ici des versets de S. Luc, xi, 11 et S. Mathieu, vii, 9 : « Quel est le père d’entre vous qui donne à son fils une pierre quand il lui demande du pain ? » Comparez avec cette autre belle interprétation des memes versets dans la Couronne d’Olivier Sauvage, I, le Travail : « Il est manifeste que Dieu entend que toute parole bonne et tout travail utile soient faits pour rien. Baruch, l’écrivain public, ne gagna pas, je gage, un sou la ligne à copier pour Jérémie son second rouleau, et saint Étienne n’eut pas les émoluments d’un évêque pour son long sermon aux Pharisiens : il n’eut que des pierres. Car c’est là le payement naturel du père terrestre. Qu’un enfant de ce monde travaille pour le bien du monde, honnêtement, de toute sa tête et de tout son cœur et vienne à lui, disant : « Donne-moi un peu de pain, juste ce qu’il faut pour vivre », le père terrestre lui répondra : « Non, mon enfant, pas de pain, une pierre, si tu veux ou autant que tu en voudras, pour te faire taire. » Mais les travailleurs manuels ne sont pas aussi malheureux, que tout ceci le laisserait entendre. Le plus qui puisse vous arriver à vous, c’est de cesser des cailloux, non d’être lapidés, etc. (Note du traducteur.)

(b) Dans la Couronne d’Olive Sauvage Ruskin a rapproché de même deux entrefilets presque pareils à ceux-ci et d’où se dégage le même enseignement :

« Je vais d’abord pour commencer vous l’exposer lumineusement en vous lisant tout bonnement deux entrefilets que j’ai découpés en déjeunent, dans deux journaux placés sur ma table le même jour, 25 novembre 1864. Le passage

  1. Cette expression abrégée de la pénalité encourus par le travail infructueux coïncide d’une manière curieuse dans la forme avec certain passage que quelques-uns d’entre nous se rappellent peut·être (a). Il sera peut-être bon de produire à côté de ce récit un autre article que j’ai gardé dans mes tiroirs, découpé dans un Morning Post qui date à peu près du même moment, mars 1865 (b) :