Page:Ségur - La Santé des enfants.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


jours, mais que la règle soit de ne manger qu’aux repas.

En résumé, une nourriture simple, suffisante pour contenter l’appétit, et à des heures réglées.


utilité de la médecine préventive.


Il vaut mieux prévenir le mal que le guérir.

Les moyens préventifs sont simples, faciles et ne demandent qu’une surveillance maternelle, c’est-à-dire intelligente.

C’est pourquoi je vais, pour différentes indispositions, indiquer les moyens d’arrêter le mal au début.

Il est bien entendu que je ne prétends pas traiter ici des maladies graves pour lesquelles les soins d’un médecin sont indispensables, mais seulement des symptômes qui peuvent les faire redouter.


disposition des enfants à avoir la tête prise.


Chez les enfants, la tête est l’organe le plus constamment menacé.

Quand un enfant a la fièvre, la tête se prend généralement.

On reconnaît que la tête se prend, lorsque l’enfant a le regard lourd, c’est-à-dire quand il tourne péniblement l’œil, qu’il le fait avec effort ;

Quand la pupille est plus dilatée que d’habitude ;

Quand les battements du cœur et la force du pouls sont en désaccord, le cœur battant très-fort et le pouls étant petit quoique vif ;

Quand la tête est chaude ;

Quand l’enfant est disposé à l’assoupissement ;

Quand le visage est rouge et brûlant ;