Page:Ségur - La soeur de Gribouille, Hachette, 1886.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


caroline.

Oui, à moi comme à toi. Va vite, mon frère, ouvre-lui avant qu’elle se soit aperçue du tour que tu lui as joué.

Gribouille retourna sur ses pas et rentra dans la maison ; quand il voulut tourner la clef, il entendit Mme Piron crier : « Qui est-ce qui m’a enfermée ? Ouvrez vite.

gribouille.

C’est moi, madame ! moi Gribouille.

madame piron.

Imbécile ! insolent ! Je porterai plainte contre toi et ta sotte sœur. Ouvre tout de suite.

gribouille.

Non ; je n’ouvrirai que si vous me promettez de ne rien dire contre ma sœur.

madame piron.

Je ne promets rien : je ne veux rien promettre ; je porterai plainte si je veux ; ouvre tout de suite.

gribouille.

Si vous dites un mot, je raconterai à Mme Delmis tout ce que vous avez dit sur eux, et comment vous avez questionné Caroline, et comment vous avez été en colère parce qu’elle n’a pas voulu vous faire aucun ragot sur M. et Mme Delmis.

— Petit misérable ! s’écria Mme Piron consternée, c’est qu’il le ferait comme il le dit. Il est si bête !… Voyons, ouvre ; je te promets de ne rien dire.

gribouille.

Vous le jurez ?