Page:Ségur - Lettres d une grand mère.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pourtant à lui donner un précepteur, parce que Mlle H. ne suffit plus ; il commence le latin. Quand tu le commenceras, je te donnerai un excellent livre nouveau pour comprendre et apprendre le latin en très peu de temps, de sorte que dans trois mois tu rattraperas tes cousins… Pierre a envie d’entrer au collège… Adieu, mon cher excellent petit Jacquot ; dis-moi si tu as encore eu des crises d’estomac. Je t’embrasse bien fort…


─────


Samedi, 1865.


Cher enfant, envoie-moi le nom de baptême de M. Anneau, j’en ai besoin pour le mettre dans un bel Évangile relié que je lui donne pour remplacer le sien qu’on lui a pris… Aie bon courage, mon cher petit chéri. Nous tâcherons de placer notre bon M. Anneau au chemin de Laigle, et tu le verras souvent alors [1]. Je suis bien contente d’avoir assisté à ton examen jeudi ; je crois que tu en sais assez pour être en septième avec tous les enfants de ton âge. Je pense à toi et je prie pour toi jour et nuit ; je t’embrasse mille fois…


Ta grand’mère de Ségur,
qui t’aime de tout son cœur.


─────


Kermadio, 29 octobre 1865.


Mon cher petit Jacques chéri, ta petite lettre est si bien, que tout le monde a été surpris. Je crois même que l’orthographe était de toi. Henriette te fait dire que quand elle sera aux Nouettes et que tu y seras aussi, vous écrirez

  1. Il était question, pour Jacques, d’entrer au collège.