Page:Sénèque - Tragédies, trad. Greslou, 1834, t. 1.pdf/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


terre qui m’a vu naître. Le repos seul mène jusqu’à la plus longue vieillesse, et ce n’est que sous un humble toit que se rencontre l’heureuse médiocrité d’une fortune obscure mais assurée. Le courage qui s’élève doit aussi tomber de plus haut.

Mais voici Mégare qui s’avance, triste, les cheveux en désordre, et suivie de ses jeunes enfans. Le vieux père d’Hercule vient derrière elle à pas pesans.