Page:Sénancour - Rêverie sur la nature primitive de l’homme, tome 2.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

[368] sera inévitable, les | véritables institutions seront impossibles. De la guerre moderne. Trop grande population dans la plupart des contrées. Partout les hommes seroient propres à recevoir des institutions vraiment bonnes, mais il n’y en a pas de telles pour un grand peuple. Du gouvernement d’un grand pays. Des mœurs qui s’établissent nécessairement dans un grand pays. De l’homme d’état dans un grand pays. Une république de dix millions d’hommes est une chimère. etc.


Quarante-troisième Rêverie.

De la retraite où plusieurs anciens Législateurs ont vécu avant de proposer leurs lois. Du caractère et de la manière de l’Homme Supérieur.


Quarante-quatrième Rêverie.

De l’homme dans l’ensemble des êtres ; de ses forces ; de ses œuvres ; de ses conceptions ; de son impuissance. Immensité de l’être. Infinité dans l’espace et dans les formes. Chaîne des astres. De l’ordre. De Dieu. Du vrai. Perpétuelle destruction. Perception de l’infini. etc.