Page:Sénancour - Rêverie sur la nature primitive de l’homme, tome 2.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


celui qui a trop tôt regardé la vie ; sa tête agitée souffre
du repos de ses bras inactifs ; au lieu d’agir, il pense ; au
lieu de vivre il désire. Toutes les misères passent de sa
pensée dans son cœur. Parce qu’il s’est attaché au beau
idéal, il a perdu les goûts de la vie présente. Son ame
pleine de puissance, ne trouve point d’espoir. Sa vie sans
jeunesse, semble attristée toute entière, comme une
journée sans aurore.
Dès le matin, les brumes… …les nues amoncelées
(Ibid., 113-115). Tous les vents s’élèvent : les arbres plient
et frémissent sous des rafales orageuses. On entend des
bruits prolongés semblables à des gémissemens funèbres,
et des sifflemens qui sont comme le rire de la démence
(Cf. thème, Ibid., 113-119). À midi les tempêtes…
…est achevé. (Ibid., 119-121).


[183]



TRENTE-DEUXIÈME RÊVERIE

Quand je marche… …un globe nouveau (Ob. XIV,
6-10) : prenons ce… …existe (Ibid., 13), en
arrangeant… …est accidentel. (Ibid., 14-15).
je voudrois… …points (Ibid., 18) : l’un agréable,
l’autre essentiel : je voudrois… …toute indifférence

[186]

(Ibid., 18-26), n’est-ce-pas… | …un propos indiscret
(Ibid., 27-43), Qu’une inimitié… …ou la magnanimité
(Ibid., 43-47), que des familles soient proscrites
pour avoir été vertueuses (Cf. thème, Ibid., 47-49). et
que des gouvernemens… …rester inconnu (Ibid.,
49-55). La mort… …un mal ({{|Ibid}}., 56-57), il n’y a
pas… …sans durée (Ibid., 55-56). D’ailleurs il est