Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


33

que vous faites et dites, et aimez-moi autant que je vous aime; mais non, car ce seroit trop. Le baron vous assure de son respect.

  • l4- BE MADAME DE SIMIAKE A LA MARQUISE DE ROUSSET.

IL me semble, ma chère cousine, que vous aimez beaucoup mieux mon portrait que moi je vous trouve des mouvements de tendressepour cette chose inanimée, dont l’original feroit ses délices; enfinj’çn suis jalouse et je ne crois pas que vous l’ayez; d’ailleurs voudriez-vous Tôter à M. de Vibraye’? quelle cruauté! Vous avez donc été à ce pauvre Grignan, ma chère Marquise, vous avez parcouru tout ce château je comprends de reste les mouvements de votre bon cœur au souvenir de tout ce que vous y avez vu et qui n’y est plus. Pour moi, qui ai avec raison une dose de regrets de plus, je vous avoue que je n’aurai jamais la force d’y mettre les pieds. Mazargues* ne me fait pas tant d’effet j’y ai moins été, j’y ai moins vu les maîtres, et d’ailleurs il y a plus de dissipation. Nous venons d’en avoir de terribles le séjour du Grand Prieur3 à Marseille nous a épuisés de toutes les façons. Lettre 14 (inédite, revue sur une copie de l’autographe). 1 Le beau-frère de Mme de Simiane, le mari de Mlle d’Àlerac. Voyez tome IX, p. 35, note 7, et la Notice sur Mme de Sévigné, p a53 et 254. • r’

2. Aux environs de Marseille. Voyez tome X, p. A77 note g. Mme de Grignan était morte à Mazargues.

3. Le chevalier d’Orléans, fils naturel du Régent voyez ci-après p. 11 3, note 6. Le grand prieur de France eut en 1727 le commande^ment d’une escadre de la Méditerranée parti de Marseille le 2 a mai il I y rentra le to septembre suivant on peut donc conjecturer que cette

tS-

1727

Mme de Séviosè. %t 3