Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

3o-2 ÛH. DE SÉVIGNÉ ET JDACIËft

blance, et dans lesderniers, la justesse, la convenance, la conformité.

Horace dit donc

Aut famam sequere, aut sibi convenientia firtge

Famamsequere, « suivez la renommée pour les caractères connus; » convenientiafinge, « inventez des choses convenables pour les caractères

nouveaux. » Dans les cinq vers suivants il donne des exemples des caractères connus, pour enseigner comme ils doivent être pour être ressemblants. Il emploie ensuite trois vers à enseigner comment on doit se conduire sur les caractères nouveauxpour les rendre propres et convenables

Si quid inëgpertum sceœe committia, et audes

Personam formare noram, sereetur ad imum

Qualis au incepto processerit, et sibi constex ’i.

Après avoir ainsi parle des uns et des autres, il ne laisse pas ses

disciples dans l’embarras et sans leur dire ce qu’il pense du choix qu’ils doivent faire, et des difficultés qui se rencontrent à former des caractères nouveaux. Il leur dit d’une manière trop claire

Difficile est proprie communia dicere, tuque

Recliits Iliacum carmen dccluch in actus,

Quam si proferres ignota indictaqae primus5.

« Je vous avertis qu’il est fort difficile de traiter proprement et con.venablement ces caractères communs4,» c’est-à-dirè nouveaux, qui appartiennent à tout le monde, que toutle monde a droit d’inventer, et qui sont au premier occupant. C’est le seul mot communia qui fait le procès vous serez étonné de cette injustice. Une marque très-sûre que -ce mot difficile se rapporte à ce qu’il vient de dire Si quid inexpertamsceme committis, « si vous mettez sur la scène un caractère nouveau, » c’est le mot audes, « si vous osez » car ce mot suppose nécessairement une difficulté quel courage, quelle audace y a-t-il à faire ce qui est facile ? Il dit « si vous osez, » parlant des caractères nouveaux il ne le dit point parlant des caractères connus au contraire, il les conseille. Les caractères nouveaux passoient donc dans son esprit pour plus difficiles que les caractères connus, et par î. Vers ng. 2. Vers m5-i2j. 3. Vers 128-1.30.

4. Dans sa traduction d’Horace, Dacier avait ainsi rendu ce premier membre

de phrase « Mais je vous avertis qu’il est très-malaisé de traiter proprement et

convenablement ces caractères qui sont à tout le monde et que tout le monde

peut inventer; et il avait mis à la marge ce résumé Difficulté des carac-

tères nouveaux. »