Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/519

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE. 433

Mme db SivGsé. xt 3g

la justice sous Louis XIV, avait paru coupable. Puis on se serait

ravisé; mais au lieu de révoquer l’ordre, on l’aurait simplement

suspendu (et cela pour un délai qui aurait pu se prolonger),

afin de se donner peut-être le temps de voir si l’on ne voudrait

pas clandestinement, soit en France, soit à l’étranger, violer la défense faite d’imprimer.

4. Copie DE Troyes, contenant les mêmes lettres à Pompone, composée de 137 pages, qui se trouvent en tête d’un recueil manuscrit, en trois volumes petit in-folio, appartenant à la bibliothèque de Troyes (n° 686).

Cette copie, d’une belle écriture du dix-huitième siècle, con-

firme la plupart des variantes de la copie Amelot. Elle vient de

la bibliothèque de Bouhier, président au parlement de Dijon,

laquelle fut acquise par l’abbaye de Clairvaux, d’où elle passa,

en i8o3, à la bibliothèque de Troyes.

5. Copie Biaise, contenant dix lettres de Mme de Sévigné à Ménage, et de plus la lettre de la prairie (notre lettre 187) de Mme de Sévigne’ Coulanges, et la lettre (notre n° 1297) de la même à Lamoignon; cahier in-40 de 20 pages écrites, appartenant à la succession de M. Momnerqaé.

La copie des dix lettres à Ménage a été faite sur les auto-

graphes, pour l’édition de 1818, par le libraire’Blaise, qui a

publié cette première édition de M. Monmerqué. De nos dix-

huit lettres à Ménage il en est huit dont nous n’avons pu retrou-

ver les originaux et pour lesquelles la copie Biaise a été notre

seule source. Voyez la. Table générale des sources, n™ r, a, 20

a7î 37i 3.8t 45, 46. Aux pages 17-20, à la ’suite des lettres

transcrites par Blaise, M. Monmerqué a copié les passages du

Ménagîana qui se rapportent à Mme de Sévigné, et en outre,

sur l’autographe qui est à la bibliothèque de l’Arsenal, la lettre

n° 5i, de Mme de Sévigné à Pompone.

6. COPIE DE Luyots, contenant un certain nombre de lettres de et à Bussy.

Ce manuscrit, d’une écriture du dix-huitième siècle, fait par-

tie de la bibliothèque de M. le due de Luynes. Nous avons

eu plusieurs fois l’occasion de le citer dans la Table des sources.