Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/531

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

NOTICE BÏBLÎOGRAPHiQUË. 445

lettre oubliée) in dans le tome VII; 7.4 dans le tome VIII.

« Toutes les lettres nouvelles, comme il est dit dans l’Avertisse-

ment que nous réimprïmonsplus loin, sont marquées d’un astéris-

que et de même, pour peu qu’ils aient d’étendue et d’intérêt,

les alinéa nouveaux ajoutés aux lettres déjà publiées en 1734. Le

dernier volume se termine par nneTaile alphabétique^* matières,

non chiffrée, A la suite de ¥ Avertissement de l’éditeur, qui est en

tête du tome I, on a réimprimé, avec quelques modifications, la

Préface de 1734 et V Avertissement de 1737. L’Approbation est

du 24 janvier i754,maisleprivilége,desïxansdedurée,accordé d’une manièregénéraleaulibraire Rollin pour les Lettres de Sé-

vigné (sic) et divers autres ouvrages, remonte au 9 juin 1752.

Pour tout ce qui caractérise cette édition, voyez ci-après

(p. 475) l’Avertissement de l’éditeur, et (p. 497) la Préface de

1818. Perrin venait de mourir lorsqu’elle parut. Son édition

posthume fait l’objet de la note suivante, datéedu 7 février 1754)

qui a été extraite par M. Monmerqué de la page 345 d’un ma-

nuscrit in-folio intitulé Anecdotes littéraires provenant de la bi-

bliothèque de M. de Lamoignon Malesherbes « Le chevalier Perrin

est mort d’une indigestion, âgé de soixante-neuf à soixante-dix

ans. C’est lui qui a donné le premier au public les lettres de

Mme de Sévigné. Il en avoit arrangé une nouvelle édition,

qui va paroître incessamment, et dans laquelle il y a, dit-on,

beaucoup de lettres nouvelles qui n’ont pas paru. »

15. Recueil des lettres de Mme la marquise de Sévigné à Mme la

comtesse de Grignan, sa fille. Nouvelle édition augmentée.

Paris, Desaint et Saillant, 1754, 8 vol. in-ia, avec portrait.

Cette édition est imprimée en caractères beaucoup plus petits, et en même temps plus serrés le tome I, bien que le contenu soit le même dans les deux impressions, a 371 pages dans le

n° 14, et 456 dans le n° i5. Dans notre exemplaire du n» i5,

il n’y a point d’avertissements ni de préface en tête, ni de table

à la fin. Le texte présente de légères différences; nous en avons

relevé quelques-unes dans nos notes voyez par exemple dans

notre tome VII, les notes 2 et 7 de la lettre 0,56 (p. 371 et 373),

la note 6 de la lettre 961 (p. 389), la note 3 de la lettre 967

(p. 4i3),etc.

16. Recueil des lettres de Mme la marquise de Sévigné à Mme la

comtesse de Grignan, sa fille. Contenant des notes et des