Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 11.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

DE MADAME DE SEVIGNÉ", ETC. lxxhi

•OC. DE MADAME DE SÊVIGNÉ A MADAME

DE GR1GNAW1.

Lundi au soir.

TouT est gratté, tout est tondu, tout est propre; tout est disposé à vous recevoir; voilà votre carrosse et mes chevaux disposez absolument de tout ce qui est à moi; réglez, ordonnez, commandez, car ma fantaisie et ma sorte d’amitié, c’est d’aimer cent fois mieux votre volonté que la mienne, et de me trouver toujours toute disposée à suivre vos desseins. Votre fils est gaillard et mange comme un petit démon dans l’air de cette forêt. Le bien Bon vous embrasse5.

Suscrtption Pour Madame de Grignan.

Lettre 6 c (revue sur l’autographe i. Ce billet, qui, de même que le suivant, est écrit, on n’en peut douter, de Livry, pourrait être du séjour que Mme de Grignan fit à Paris en 1674 et 1675, ou de celui de 1677 à 1679. Il ne peut être question du séjour de 1676 6 et 1677, puisque les enfants étaient restés à Grignan (voyez tomeV, p. 181 et 189). Quanta celui de 1677 à 1679, si, comme il a été dit dans la Notice biographique (tome I, p. 337), Mme de Grignan vint à Paris, en novembre 1677, avec son fils, une phrase de la lettre du 20 mai 1678 prouve qu’à cette date il n’était plus avec elle (voyez tome V, p. 443 vers la fin); mais on peut conclure de deux autres passages (tome VI, p. 3, et tome XI, p. %t) qu’il lui avait été ramené avant son retour en Provence, qui eut Heu en 1679.

a. Les mots « et mange, etc. » jusqu^ laiîn du billet, forment deux lignes écrites à la marge.

Appartenant à M. Boilly.