Page:Sablé - Maximes, 1870.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
v

que la plupart du temps il y a lieu d’en suspecter la sincérité.

« La société, dit-elle, et mesme l’amitié de la plupart des hommes, n’est qu’un commerce qui ne dure qu’autant que le besoin. — Quoique la plupart des amitiez qui se trouvent dans le monde ne méritent point le nom d’amitié, on peut pourtant en user selon les besoins, comme d’un commerce qui n’a pas de fonds certain, et sur lequel on est ordinairement trompé[1]. »

Mais pour cela Madame de Sablé n’abandonne pas la cause de l’amitié. Elle sait bien que la véritable amitié existe, puisqu’elle la sent et qu’elle la pratique ; aussi quelle définition lui en dictent et son cœur et son bon sens :

« L’amitié est une espece de vertu qui ne peut estre fondée que sur l’es-

  1. Maximes 77 et 78, pages 44-45 de cette édition.