Page:Sablé - Maximes, 1870.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
vi

time des personnes que l’on ayme, c’est à dire sur les qualitez de l’âme, comme sur la fidelité, la generosité et la discretion, et sur les bonnes qualitez de l’esprit. — Les amitiez qui ne sont point establies sur la vertu, et qui ne regardent que l’interest ou le plaisir, ne meritent point le nom d’amitié[1]. »

Ainsi parlait une femme qui ne possédait certes pas la pénétration de La Rochefoucauld, mais qui avait des délicatesses de sentiment inconnues à l’auteur des Maximes. Et cependant bien des pensées de la marquise ont une grande affinité avec celles du duc ; mais cette ressemblance vient bien moins d’une communauté d’idées que des rapports d’amitié très-suivis qui s’étaient établis entre eux : car Madame de Sablé eut le rare privilége de vivre dans une très-grande intimité avec La Ro-

  1. Voir l’Appendice, pages 57 et 58.