Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dauphin, une fois marié, serait obligé de remplacer son père. Isabelle, de ce moment, devait donc concevoir le plan que nous lui voyons adopter, et même en presser l’exécution.

Le sceau du traité, ainsi qu’on le voit, devait donc être le mariage de Catherine, fille d’Isabelle, avec Henri V ; mais les ambassadeurs n’ayant cette fois pu vaincre les difficultés qu’on leur présentait se rembarquèrent quelques temps après à Calais, dont ils visitèrent les fortifications.

Puissamment excité par les deux plus grands fléaux de la France, et trouvant dans le Parlement toutes les ressources dont il pouvait avoir besoin, Henri se décida à la guerre et ce fut à la tête de soixante mille hommes d’armes et de quatre mille archers transportés sur seize cents vaisseaux qu’il débarqua au même endroit où le Havre-de-Grâce fut ensuite construit.

Le siège de Harfleur fut le premier exploit de cette fameuse expédition ; mais des maladies survenues par la disette de vivres empêchèrent l’Anglais de jouir de son triomphe : il se rembarqua sans oser cette année porter ses conquêtes plus loin. Pendant qu’on était à la veille de voir l’ennemi s’emparer, malgré ses pertes, d’une partie de la France, l’indolent et faible dauphin délibérait à Paris sur le choix des deux factions que l’on enver-