Page:Sade - Histoire secrète d’Isabelle de Bavière, reine de France, Pauvert, 1968.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rendit à l’église, la couronne en tête, et les cheveux flottants. Toute la cour dîna dans la grande salle du palais.

« Pendant le festin, on représenta devant les convives le siège de Troie ; on appelait entremets ces sortes de représentations. Les surtouts garnis de figures dont nos tables sont ornées nous rappellent ces antiques usages, réduits à des proportions plus agréables et moins embarrassantes. Les jours suivants se passèrent en bals, et en tournois précédés et suivis de festins splendides. À la fin d’un repas que le roi donnait aux dames dans la salle du palais, on vit entrer deux jeunes seigneurs, armés de toutes pièces ; ils donnèrent le divertissement d’un combat auquel plusieurs autres chevaliers prirent part, en se joignant aux deux champions.

« Quarante des principaux bourgeois chargés de porter au monarque les présents de la ville, vinrent lui offrir à l’hôtel Saint-Paul, quatre pots, six trempoirs et six plats d’or ; Charles les reçut et leur dit : Grand merci, bonnes gens, ils sont beaux et riches.

« Les présents destinés pour la reine, portés jusque dans la chambre de cette princesse par deux hommes déguisés, l’un en ours, l’autre en licorne, étaient une nef d’or, deux grands flacons,