Page:Sade - La nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu, suivie de L'histoire de Juliette, sa soeur, tome 5, 1797.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’education ; les Américains y sont tous adonnés ; en Afrique, il est général ; au-delà des Alpes, à peine est-il puni.

Néron sortait de son palais toutes les nuits pour voler ; on vendait le lendemain, sur les places publiques, et à son profit, les effets qu’il avait dérobé la veille.

Le président Rieux, fils de Samuel Bernard, et père de Boulainviliers, volait par inclination, et dans les mêmes vues que nous ; il attaquait les passans sur le Pont-Neuf, et les volait le pistolet à la main ; envieux d’une montre, qu’il vit à un ami de son père, il fut l’attendre un soir, au moment où cet ami venait de souper chez Samuel, il le vole ; l’ami revient chez le père, se plaint, nomme le coupable ; Samuel assure que cela est impossible, il jure que son fils est couché, on vérifie, Rieux n’est point chez lui ; il rentre peu après, on l’attendait, on le convainct, il est accablé de reproches, il avoue tous ses autres vols, promet de se corriger et l’exécute ; Rieux devint depuis un fort grand magistrat[1].

  1. Le père d’Henri IV avait le même goût.