Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


raisons secrètes et qu’ils étoient si peu capables de croire et de goûter. Il fallut donc se taire et laisser écouler le torrent, qui passa aussi vite qu’il s’étoit formé, et dont la sage tranquillité du duc de Beauvilliers ne put être seulement émue.

Le contrat de mariage de Cani (c’est le nom que prit le fils de Chamillart en se mariant) fit naître une difficulté qui eut des suites dont il n’est pas temps de parler. Mlle de Bourbon le signa au-dessous de Mme la Duchesse sa mère ; Mme la duchesse du Maine s’en scandalisa et refusa de signer ; pour lors il n’en fut autre chose.

Le chevalier de Nogent mourut fort vieux, et s’étoit marié par une ancienne inclination, il n’y avoit pas longtemps, à une Mme de La Jonchère à qui et à ses enfants il avoit donné tout son bien, et ne laissa point d’enfants. C’étoit une manière de cheval de carrosse qui étoit de tout temps ami intime de Saint-Pouange et favori de M. de Louvois. Cela l’avoit fait aide de camp du roi en toutes ses campagnes, et donné une sorte de considération. Pendant une de celles-là, M. de Louvois, qui étoit magnifique pour ses amis, lui fit bâtir et meubler la plus jolie maison du monde sous la terrasse de Meudon, avec des jardins fort agréables, qu’il trouva prête à habiter à son retour. On peut juger du plaisir de la surprise ; c’est la même que Mme de Verue a eue depuis et qu’elle a tant embellie. Ce chevalier de Nogent étoit assez familièrement avec le roi, mais depuis longtemps fort peu à la cour et dans le monde. Tout son mérite étoit son attachement à M. de Louvois. Il étoit frère de Nogent, tué au passage du Rhin, maître de la garde-robe, beau-frère de M. de Lauzun, de Vaubrun, tué lieutenant général au combat d’Altenheim, cette admirable retraite que fit M. de Lorges à la mort de M. de Turenne, et de la princesse de Montauban. Leur père étoit capitaine de la porte, qui par son esprit s’étoit bien mis à la cour, et fort familièrement avec le cardinal Mazarin et la reine-