Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que l’entreprise ne fût pas déjà échouée longtemps avant le départ de Saint-Germain. La princesse d’Angleterre avoit eu la rougeole ; elle commençoit à peine à entrer en convalescence lors du départ du roi son frère. On l’avoit empêché de la voir, de peur qu’il ne gagnât ce mal, sur le point de l’entreprise. Il se déclara à Dunkerque, à la fin de l’embarquement des troupes. Voilà un homme au désespoir, qui veut qu’on l’enveloppe dans des couvertures et qu’on le porte au vaisseau. Les médecins crièrent que c’étoit le tuer avec certitude ; il fallut demeurer. Deux des cinq députés écossois, cachés chez le bailli à Montrouge, avoient été renvoyés, il y avoit plus de quinze jours, pour annoncer en Écosse l’arrivée imminente de leur roi avec des armes et des troupes. Le mouvement que cela devoit produire donnoit encore plus d’impatience du départ. Enfin le roi d’Angleterre, à demi guéri et fort foible, se voulut déterminément embarquer le samedi 19 mars, malgré les médecins et la plupart de ses domestiques. Les vaisseaux ennemis s’étoient retirés ; à six heures du matin, ils mirent à la voile par un bon vent et par une brume qui les fit perdre de vue sur les sept heures.

Il y avoit à Saint-Germain un vieux milord Greffin ; fort borné, fort protestant, mais fort fidèle, que la passion de la chasse et sa bonté à voit attaché à M. le comte de Toulouse, à M. de La Rochefoucauld, et aux chasseurs de la cour qui tous l’aimoient. Il n’avoit rien su du tout que par le départ du roi d’Angleterre ; il fut sur-le-champ trouver la reine. Avec la liberté anglaise, il lui reprocha son peu de confiance en lui, malgré ses services et sa constante fidélité ; celle qu’elle témoignoit à d’autres qui, sans les nommer, ne le valoient en rien ; le peu de bonté qu’elle lui avoit montré en tous les temps, finit par l’assurer que son âge, sa religion, ni la douleur de se voir si maltraité, ne l’empêcheroient pas de suivre le roi, et de le servir jusqu’au dernier moment de sa vie, de manière à faire honte à la reine, et de