Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La parenté si proche de Mme de Saint-Simon avec les Bouillon, l’intimité qui avoit été entre eux et M. le maréchal de Lorges toute sa vie, la manière dont ils en avoient usé dans mon procès au conseil, puis à Rouen, contre le duc de Brissac, les sollicitations publiques que j’avois faites avec eux au grand conseil pour la coadjutorerie de Cluni et ses suites, m’engagèrent d’en user autrement. Ils en furent fort touchés. Le cardinal séjourna chez moi quelques jours, d’où il s’en alla à Rouen, où la singularité du caractère et la proximité d’Évreux le fit recevoir avec beaucoup d’empressement et de respects. Mais sa vanité extrême gâta tout. Il eut une bonne et grande table où il convia beaucoup de gens, mais il la fit tenir par deux ou trois personnes qui lui étoient là particulièrement attachées, et mangea toujours seul sous prétexte de santé ; mais cette persévérante diète eu démasqua bientôt l’orgueil. Sa table devint déserte, bientôt après sa maison, et chacun s’offensa d’une hauteur inconnue, même aux princes du sang.

En même temps que cette fierté indigna, la faiblesse de ses plaintes ne lui attira pas l’estime. Sa situation lui étoit insupportable, et il ne pouvoit s’en cacher. Elle le fit tomber dans un inconvénient tout à fait misérable. Il s’avisa de se faire peindre, et beaucoup plus jeune qu’il n’étoit. Le monde ne l’avoit pas encore déserté à Rouen, il y en avoit beaucoup dans sa chambre lorsqu’il dit au peintre qu’il falloit ajouter le cordon bleu à son portrait, parce qu’il le peignoit dans un âge où il le portoit encore. Cette petitesse surprit fort la compagnie. Elle la fut bien davantage lorsque le cardinal, voyant qu’on se mettoit en soin d’en chercher quelqu’un pour le faire voir au peintre, dit qu’il n’étoit pas besoin d’aller si loin, et se déboutonnant aussitôt, en montra un qu’il portoit par-dessous, pareil à celui qu’il portoit par-dessus avant que le roi lui eût fait redemander l’ordre. Le silence des assistants le fit apercevoir de ce qui se passoit en eux. Il en prit occasion d’une courte apologie pleine de