Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vidame, qui, pour avoir su prendre à temps et seul son parti avec sens et courage, sauva ainsi une partie considérable de cette armée. Les autres débris se retirèrent comme ils purent, avec tant de confusion, que le chevalier du Rosel, lieutenant général, n’en eut aucun avis, et se trouva le lendemain matin, avec cent escadrons qui avoient, été totalement oubliés. Sa retraite ainsi esseulée, et en plein jour, devenoit très difficile, mais il n’étoit pas possible de soutenir le poste qu’il occupoit jusqu’à la nuit. Il se mit donc en marche.

Nangis, aussi tout nouveau maréchal de camp, aperçut des pelotons de grenadiers épars, il en trouva de traîneurs, bref, de pure bonne volonté, il en ramassa jusqu’à quinze compagnies, et par cette même volonté, fit avec ces grenadiers l’arrière-garde de la colonne du chevalier du Rosel, si étrangement abandonnée. Les ennemis passèrent les haies et un petit ruisseau, l’attaquèrent souvent ; il les soutint toujours avec vigueur. Ils firent une marche de plusieurs heures qui fut un véritable combat. À la fin, ils se retirèrent par des chemins détournés que l’habitude d’aller à la guerre avoit appris au chevalier du Rosel, grand et excellent partisan. Ils arrivèrent au camp après y avoir causé une cruelle inquiétude pendant quatorze ou quinze heures qu’on ignora ce qu’ils étoient devenus.

Mgr le duc de Bourgogne ne fit que traverser Gand sans s’y arrêter, et continua de marcher jusqu’à Lawendeghem avec la tête des troupes qui y arrivoit. Il y établit son quartier général et son camp le long et derrière le canal de Bruges, pour y faire reposer ses troupes en sûreté, avec l’abondance des derrières, en attendant qu’on prit un parti et la jonction de Berwick. M. de Vendôme (je continue de rapporter simplement les faits) arriva séparément à Gand entre sept et huit heures du matin, trouva des troupes qui entroient dans la ville, s’arrêta avec le peu de suite qui l’avoit accompagné, mit pied à terre, défit ses chaussés,