Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’il n’avoit qu’à défendre la Dendre, tout le monde sait ici que M. de Vendôme vouloit la défendre, et qu’après trois jours, il lui a fallu se rendre au sentiment de ceux qui opinoient à passer l’Escaut pour éviter de combattre, et c’est alors qu’ils y ont été obligés, comme Son Altesse le leur avoit prédit, leur disant que toutes les fois qu’ils marqueront à M. le prince Eugène d’éviter d’en découdre, il les y obligera malgré eux. Touchant que Son Altesse devoit attaquer la tête qui étoit à l’Escaut, il avoit bien mieux pensé, car d’abord qu’il eut avis par M. de Biron qu’une partie de l’armée ennemie avoit passé, il voulut l’attaquer pendant qu’il voyoit la poussière des colonnes de ladite armée qui étoit au delà de la rivière, à une demi-lieue d’Audenarde, mais comme son avis fut seul il ne fut pas écouté. C’étoit à dix heures du matin. À quatre heures après midi on donna ordre à M. de Grimaldi, maréchal de camp de Sa Majesté Catholique, d’attaquer, à l’insu de M. de Vendôme, qui pourtant, voyant l’attaque faite, dit qu’il falloit la soutenir, et il donna ordre à M. Janet, son aide de camp, de porter l’ordre à la gauche, afin qu’elle attaquât, qui en retournant fut tué. Cet ordre ne fut pas exécuté par un mauvais conseil qui fut donné à M. le duc de Bourgogne, disant qu’il y avoit un ravin et un marais impraticable. Cependant M. de Vendôme, accompagné de M. le comte d’Évreux, y avoit passé avec trente escadrons une heure auparavant. Pour ce qui regarde la retraite, M. de Vendôme opina de ne la point faire la nuit, mais, comme de ce sentiment il n’y avoit que lui et M. le comte d’Évreux, il fallut céder, et à peine eut-il dit à M. le duc de Bourgogne que l’armée n’avoit qu’à se retirer, que tout le monde à cheval et avec une précipitation étonnante, chacun gagne Gand, jusqu’à conseiller aux princes de prendre des chevaux de poste à Gand pour gagner Ypres. M. de Vendôme, qui fut obligé de faire une grande partie du temps l’arrière-garde avec ses aides de camp, arriva sur les neuf heures du matin, prit sur-le-