Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


un troisième pour que Biron arrive au ruisseau de la tête de l’armée où il trouve Motet qui travailloit aux ponts, et où Biron s’étonne de voir le camp encore tout tendu. Quelle heure pouvoit-il donc être ? De là il faut que l’armée détende, charge, prenne les armes et monte à cheval, se forme, se mette en marche, passe le ruisseau, en un mot, arrive au lieu où les princes et M. de Vendôme mirent pied à terre pour manger. Aussi était-il deux heures après midi lorsque Biron vit l’armée des ennemis, et par une conséquence sûre bien plus de deux heures lorsque le premier avis de Biron arriva à la halte des princes et de Vendôme, et non pas dix heures du matin comme Albéroni le glisse adroitement. Or, qui ne sent de quelle conséquence sont en pareilles circonstances quatre heures de plus ou de moins ? Qui nous en apprend l’heure ? c’est Biron, c’est Puységur, c’est le maréchal de Matignon qui le joignirent, ce sont les trois porteurs d’avis coup sur coup, ce sont tous ceux qui étoient autour des princes et de M. de Vendôme, lorsqu’ils les reçurent. De poussière, Albéroni pardonnera la négative, Biron la vit de la hauteur qu’il avoit gagnée ; elle étoit bien loin du lieu où Vendôme faisoit sa halte, et la hauteur entre lui et la poussière ; quels yeux pouvoit avoir Vendôme pour la découvrir ! Il la découvrit en effet si peu qu’il maintint faux le premier et le second avis de Biron, qu’il ne cessa de manger qu’au troisième, qu’il s’emporta et qu’il dit qu’il falloit donc que ce fussent tous les diables qui eussent porté là les ennemis. Voilà donc une seconde fausseté aussi avérée que la première. À l’égard de l’avis de Vendôme de charger qui ne fut pas suivi, c’est un mensonge qui n’a pas même la moindre couleur, puisque tout ce qui étoit là présent en si grand nombre, d’officiers généraux et autres, furent témoins de ce qui s’y passa, et l’ont tous dit, écrit et raconté.

Vendôme, après cet emportement qui le fit sortir de table, que lui causa le troisième avis de Biron, lui renvoya le premier des trois hommes qu’il lui avoit envoyés, et fit ce