Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avoit beaucoup d’amis considérables dont il fut fort regretté.

Bréauté, son cousin germain, le suivit deux mois après. C’étoit un fort gros et grand homme, petit-neveu paternel du Bréauté célèbre par son duel, ou plutôt son combat de vingt-deux François contre vingt-deux Espagnols. Ces Bréauté étoient d’une, fort ancienne maison de Normandie, illustrée par les alliances et les emplois, et dont plusieurs étoient pour aller loin qui furent tués jeunes. Le père de celui-ci fut de ceux-là, que le maréchal de Bassompierre loue fort en ses Mémoires. Son fils aîné, élevé enfant d’honneur de Louis XIII, fut tué à dix-huit ans, aux lignes d’Arras, en 1654, sans avoir été marié. Le cadet, est celui dont je parle, qui avoit très peu servi, et qui, avec fort peu d’esprit, n’avoit pas laissé d’être mêlé à la cour autrefois. Il se maria médiocrement et se ruina en plein. On prétendit que ce fut à souffler. Il perdit son fils unique à dix-neuf ans, qui avoit un régiment, et sa femme ensuite. La dévotion suivit la misère, il se retira à Saint-Magloire, d’où il fallut sortir quelque temps après, faute d’y pouvoir payer sa pension. Le duc de Foix, dont il étoit parent, le retira généreusement chez lui. Mais lui et Mme de Foix étoient fort répandus dans le monde, dînoient rarement chez eux, et n’y soupoient jamais. Bréauté, qui étoit de grand appétit et gourmand, ne s’accommodoit pas de la nourriture du domestique. Il alloit chercher à vivre aux tables du voisinage, où il ennuyoit souvent par ses sermons. Il étoit tout occupé de piété et de bonnes œuvres. Ce fut lui qui entreprit la fameuse affaire de Langlade, condamné aux galères, et mort à la Tournelle, pour un vol commis chez le comte de Montgommery où il logeoit. Bréauté fit reconnoître son innocence, rétablir sa mémoire, et marier bien la fille unique qu’il avoit laissée, des dommages et intérêts qu’il lui fit obtenir. Il lui étoit resté de sa soufflerie des remèdes qu’il faisoit lui-même. Apparemment qu’il les fit mal à la fin, car il mourut très brusquement pour en