Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avaloit tout, et n’en étoit que plus flatteuse et plus rampante.

Mme de Saint-Simon et Mme de Lauzun étoient à Bourbon lorsque Mme de Montespan y arriva. J’ai remarqué ailleurs qu’elle étoit cousine issue de germain de ma mère (petits-enfants du frère et de la soeur) ; que Mme de Montespan la fit faire dame du palais de la reine lorsqu’on choisit les premières ; que mon père refusa ; et que Mme de Montespan voyoit toujours ma mère en tout temps et à toutes heures, et s’est toujours piquée de la distinguer. Ma mère la voyoit donc de temps en temps à Saint-Joseph, et Mme de Saint-Simon aussi ; aussi à Bourbon lui fit-elle toutes sortes d’amitiés et de caresses, on n’oseroit dire, de distinctions, avec cet air de grandeur qui lui étoit demeuré. La maréchale de Coeuvres en étoit mortifiée de jalousie jusqu’à le montrer et l’avouer, et on s’en divertissoit. Je rapporte ces riens pour montrer que l’idée de remplacer Mme de Maintenon, toute chimérique qu’elle fût, étoit entrée dans la tête des courtisans les plus intérieurs, et quelle étoit la leur du roi et de la cour.

Parmi ces bagatelles, et Mme de Montespan dans une très bonne santé, elle se trouva tout à coup si mal une nuit, que ses veilleuses envoyèrent éveiller ce qui étoit chez elle. La maréchale de Coeuvres accourut des premières, qui, la trouvant prête à suffoquer et la tête fort embarrassée, lui fit à l’instant donner de l’émétique de son autorité, mais une dose si forte, que l’opération leur en fit une telle peur qu’on se résolut à l’arrêter, ce qui peut-être lui coûta la vie.

Elle profita d’une courte tranquillité pour se confesser et recevoir les sacrements. Elle fit auparavant entrer tous ses domestiques jusqu’aux plus bas, fit une confession publique de ses péchés publics, et demanda pardon du scandale qu’elle avoit si longtemps donné, même de ses humeurs, avec une humilité si sage, si profonde, si pénitente que rien ne put être plus édifiant. Elle reçut ensuite les derniers sacrements