Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par delà toute espérance. Gorgé ainsi au conspect de toute l’Allemagne et de toute son armée, il n’espéra pas qu’un si prodigieux brigandage pût demeurer inconnu. Il paya d’effronterie et manda au roi qu’il avoit fait en sorte que son armée ne lui coûteroit rien de toute la campagne, mais qu’il espéroit aussi qu’il ne trouveroit pas mauvais qu’elle aidât à le défaire d’une petite montagne qui lui déplaisoit à Villars. Un autre que lui auroit été déshonoré d’une part, perdu de l’autre. Cela ne fit pas le plus petit effet contre lui, sinon du public dont il ne se mit guère en peine. Ses rafles faites, il ne songea plus qu’à se tirer du pays ennemi et à repasser le Rhin.

Le duc d’Hanovre, en joignant l’armée impériale à la fin de septembre qui s’étoit grossie, trouva tous ces pays dans le dernier désespoir. Il essaya donc d’embarrasser Villars dans son retour pour tâcher à l’écorner et à lui faire rendre gorge. Vivans, lieutenant général, se trouva campé près d’Offenbourg avec quinze escadrons, Mercy prit par derrière les montagnes avec trois mille chevaux, fit plus de trente lieues en quatre jours, et par un grand brouillard tomba à la pointe du jour sur Vivans, qui n’en avoit eu nul avis. Il monta à cheval, rassembla à peine huit cents chevaux, mit la petite rivière entre les ennemis et lui, et fit ferme. Ils ne l’attaquèrent point et se contentèrent de piller le camp, les chevaux et les bagages, et Vivans, avec ce qui l’avoit pu rejoindre, s’alla mettre sous Kehl. Villars eut à bricoler pour regagner le Rhin ; à la fin il y réussit sans mésaventure. Il le passa tranquillement avec son armée et son immense butin, et dès qu’il fut en deçà ne songea plus qu’à terminer la campagne en repos. Ainsi finit une assez belle campagne, si le gain sordide et prodigieux du général ne l’avoit souillée, qui à son retour n’en fut pas moins bien reçu du roi.

Au commencement de l’été, Ragotzi avoit été proclamé prince de Transylvanie, et avoit fait en cette qualité une