Page:Sainte-Beuve - Port-Royal, t2, 1878.djvu/562

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
552
PORT-ROYAL.

après s’être donné un pareil démenti, il sentit comme un besoin de se le faire pardonner en redoublant d’humilité aux yeux de tous. Sa personne mérite (même au sens janséniste) un reste d’amitié et d’affection. Cette séparation dans son genre est comparable à celle du docteur de Sainte-Beuve dans le sien : et encore ce dernier a-t-il témoigné, après sa paix faite, une sorte d’aversion ou de méfiance envers ses anciens amis, qui ne se voit point en M. Du Hamel. L’un avait rompu, tandis que l’autre n’avait fait que délier.


SUR L’AFFAIRE DE M. DE CHAVIGNY.

(Se rapporte à la page 265.)


Le Père Rapin, dans ses Mémoires, s’étend avec complaisance et avec effusion sur ce conflit de Messieurs de Port-Royal avec la veuve de M. de Chavigny ; il voudrait bien en faire une éclaboussure, une tache salissante pour Port-Royal. L’annotateur des Mémoires (un jésuite aussi) vient à son tour, et minutieusement, sous air d’érudit, avec un zèle tout neuf, il s’applique de toutes ses forces à l’affaire pour l’envenimer. En avoué retors, compulsant les dates, épiloguant et chicanant sur chaque dire, il recommence le procès et l’instruit à nouveau. Le joli métier pour un religieux ! Qu’il aurait donc envie, l’homme du bon Dieu, de faire de M. Singlin un captateur de legs illégitimes et un receleur de valeurs escroquées ! Tout cela est bas et misérable. Il faut avoir lu ces choses, les avoir suivies de près pour comprendre combien les haines dévotes, perpétuées dans les Corps et compagnies, sont vivaces et immortelles. Oh ! que les institutions qui ont ainsi pour effet de contraindre l’intelligence et de fausser la droiture morale, sont donc détestables et funestes ! Je n’opposerai à ces calomnies que l’ample et précise Relation de toute l’affaire par M. Hermant : c’est un peu long sans doute, mais cette défense, cette démonstration à fond est devenue nécessaire. Voici le chapitre inédit tout entier dans son étendue et sa solidité :

RELATION DE CE QUI SE PASSA À LA MORT DE M. DE CHAVIGNY,

ET TOUCHANT UN ÉCRIT QUI AVOIT ÉTÉ CONFIÉ À M. SINGLIN

ET À M. DU GUÉ DE BAGNOLS.

« Il arriva au mois d’octobre de cette année (1652) une chose très-considérable par la qualité des personnes et par son importance en elle-même ; et les Jésuites qui auroient dû la regarder comme un modèle de désintéressement que Port-Royal donnoit en cette occasion à tous les directeurs