Page:Samain - Œuvres, t2, 1921.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Malheur à celui-là qui passe en ce moment !
Demi-nue, et penchée hors de ma porte noire,
Je l’appelle comme un mourant demande à boire…
Il vient ! Malheur à lui ! Malheur à mon amant !

J’aime invinciblement ! J’aime implacablement !