Page:Samain - Œuvres, t2, 1921.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’archet mord jusqu’au sang l’âme des violons,
L’art qui râle agité d’hystériques frissons
En la sentant venir a redressé l’échine…

Le stigmate ardent brûle aux fronts hallucinés.
Gloire aux sens ! Hosanna sur les nerfs forcenés.
L’Antechrist de la chair visite les damnés…

Voici, voici venir les temps de l’Androgyne.