Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
LA PETITE FADETTE.

lui, c’est parce qu’elle était folle de lui et qu’elle espérait lui plaire par sa jolie danse. Je crois bien que, quand elle pleurait dans la carrière des Chaumois, c’était pour le repentir et la peine de lui avoir déplu. Je crois bien aussi que, quand il voulait l’embrasser et qu’elle s’y refusait, quand il lui parlait d’amour et qu’elle lui répondait en paroles d’amitié, c’était par la crainte qu’elle avait de perdre cet amour-là en le contentant trop vite. Enfin je crois que, si elle s’en va en se déchirant le cœur, c’est par l’espérance qu’elle a de revenir digne de lui dans l’esprit de tout le monde, et de pouvoir être sa femme, sans désoler et sans humilier sa famille.

Cette fois Landry crut qu’il deviendrait tout à fait fou. Il riait, il criait et il pleurait ; et il embrassait Fanchon sur ses mains, sur sa robe ; et il l’eût embrassée sur ses pieds, si elle avait voulu le souffrir ; mais elle le releva et lui donna un vrai baiser d’amour dont il faillit mourir ; car c’était le premier qu’il eût jamais reçu d’elle, ni d’aucune autre, et, du temps qu’il en tombait comme pâmé sur le bord du chemin, elle ramassa son paquet, toute rouge et confuse qu’elle était, et se sauva en lui défendant de la suivre et en lui jurant qu’elle reviendrait.

XXX.

Landry se soumit et revint à la vendange, bien surpris de ne pas se trouver malheureux comme il s’y était attendu, tant c’est une grande douceur de se savoir aimé, et tant la foi est grandie quand on aime grandement. Il était si étonné et si aise qu’il ne put se défendre d’en parler à Cadet Caillaud, lequel s’étonna aussi, et admira la petite Fadette pour avoir si bien su se défendre de toute faiblesse et de toute imprudence, depuis le temps qu’elle aimait Landry et qu’elle en était aimée.

— Je suis content de voir, lui dit-il, que cette fille-là a tant de qualités, car, pour mon compte, je ne l’ai jamais mal jugée, et je peux même dire que si elle avait fait attention à moi, elle ne m’aurait point déplu. À cause des yeux qu’elle a, elle m’a toujours semblé plutôt belle que laide, et, depuis un certain temps, tout le monde aurait bien pu voir, si elle avait voulu plaire, qu’elle devenait chaque jour plus agréable. Mais elle t’aimait uniquement, Landry, et se contentait de ne point déplaire aux autres ; elle ne cherchait d’autre approbation que la tienne, et je te réponds qu’une femme de ce caractère-là m’aurait bien convenu. D’ailleurs, si petite et si enfant que je l’aie connue, j’ai toujours considéré qu’elle avait un grand cœur, et si l’on allait demander à chacun de dire en conscience et en vérité ce qu’il en pense et ce qu’il en sait, chacun serait obligé de témoigner pour elle ; mais le monde est fait comme cela que quand deux ou trois personnes se mettent après une autre, toutes s’en mêlent, lui jettent la pierre et lui font une mauvaise réputation sans trop savoir pourquoi ; et comme si c’était pour le plaisir d’écraser qui ne peut se défendre.

Landry trouvait un grand soulagement à entendre raisonner Cadet Caillaud de la sorte, et, depuis ce jour-là, il fit une grande amitié avec lui, et se consola un peu de ses ennuis en les lui confiant. Et mêmement, il lui dit un jour :

— Ne pense plus à cette Madelon, qui ne vaut rien et qui nous a fait des peines à tous deux, mon brave Cadet. Tu es du même âge et rien ne te presse de te marier. Or, moi, j’ai une petite sœur, Nanette, qui est jolie comme un cœur, qui est bien élevée, douce, mignonne, et qui prend seize ans. Viens nous voir un peu plus souvent ; mon père t’estime beaucoup, et quand tu connaîtras bien notre Nanette, tu verras que tu n’auras pas de meilleure idée que celle de devenir mon beau-frère.

— Ma foi, je ne dis pas non, répondit Cadet, et si la fille n’est noint accordée par ailleurs, j’irai chez toi tous les dimanches.

Le soir du départ de Fanchon Fadet, Landry voulut aller voir son père pour lui apprendre l’honnête conduite de cette fille qu’il avait mal jugée, et, en même temps, pour lui faire, sous toutes réserves quant à l’avenir, ses soumissions quant au présent. Il eut le cœur bien gros en passant devant la maison de la mère Fadet ; mais il s’arma d’un grand courage, en se disant que, sans le départ de Fanchon, il n’aurait peut-être pas su de longtemps le bonheur qu’il avait d’être aimé d’elle. Et il vit la mère Fanchette, qui était la parente et la marraine à Fanchon, laquelle était venue pour soigner la vieille et le petit à sa place. Elle était assise devant la porte, avec le sauteriot sur ses genoux. Le pauvre Jeanet pleurait et ne voulait point aller au lit, parce que sa Fanchon n’était point encore rentrée , disait-il, et que c’était à elle à lui faire dire ses prières et à le coucher. La mère Fanchette le réconfortait de son mieux, et Landry entendit avec plaisir qu’elle lui parlait avec beaucoup de douceur et d’amitié. Mais sitôt que le sauteriot vit passer Landry, il s’échappa des mains de la Fanchette, au risque d’y laisser une de ses pattes, et courut se jeter dans les jambes du besson, l’embrassant et le questionnant, et le conjurant de lui ramener sa Fanchon. Landry le prit dans ses bras, et, tout en pleurant, le consola comme il put. Il voulut lui donner une grappe de beaux raisins qu’il portait dans un petit panier, de la part de la mère Caillaud, à la mère Barbeau ; mais Jeanet, qui était d’habitude assez gourmand, ne voulut rien, sinon que Landry lui promettrait d’aller quérir sa Fanchon, et il fallut que Landry le lui promît en soupirant, sans quoi il ne se fût point soumis à la Fanchette.

Le père Barbeau ne s’attendait guère à la grande résolution de la petite Fadette. Il en fut content ; mais il eut comme du regret de ce qu’elle avait fait, tant il était homme juste et de bon cœur. — Je suis fâché, Landry, dit-il, que tu n’aies pas eu le courage de renoncer à la fréquenter. Si tu avais agi selon ton devoir, tu n’aurais pas été la cause de son départ. Dieu veuille que cette enfant n’ait pas à souffrir dans sa nouvelle condition et que son absence ne fasse pas de tort à sa grand’mère et à son petit frère ; car s’il y a beaucoup de gens qui disent du mal d’elle, il y en a aussi quelques-uns qui la défendent et qui m’ont assuré qu’elle était très-bonne et très-serviable pour sa famille. Si ce qu’on m’a dit qu’elle est enceinte est une fausseté, nous le saurons bien, et nous la défendrons comme il faut : si, par malheur, c’est vrai, et que tu en sois coupable, Landry, nous l’assisterons et ne la laisserons pas tomber dans la misère. Que tu ne l’épouses jamais, Landry, voilà tout ce que j’exige de toi.

— Mon père, dit Landry, nous jugeons la chose différemment vous et moi. Si j’étais coupable de ce que vous pensez, je vous demanderais au contraire votre permission pour l’épouser. Mais comme la petite Fadette est aussi innocente que ma sœur Nanette, je ne vous demande rien encore que de me pardonner le chagrin que je vous ai causé. Nous parlerons d’elle plus tard, ainsi que vous me l’avez promis.

Il fallut bien que le père Barbeau en passât par cette condition de ne pas insister davantage. Il était trop prudent pour brusquer les choses et se devait tenir pour content de ce qu’il avait obtenu.

Depuis ce moment-là, il ne fut plus question de la petite Fadette à la Bessonnière. On évita même de la nommer, car Landry devenait rouge, et tout aussitôt pâle, quand son nom échappait à quelqu’un devant lui, et il était bien aisé de voir qu’il ne l’avait pas plus oubliée qu’au premier jour.

XXXI.

D’abord Sylvinet eut comme un contentement d’égoïste en apprenant le départ de la Fadette, et il se flatta que dorénavant son besson n’aimerait que lui et ne le quitterait plus pour personne. Mais il n’en fut point ainsi. Sylvinet était bien ce que Landry aimait le mieux au monde après la petite Fadette ; mais il ne pouvait se plaire longtemps dans sa société, parce que Sylvinet ne voulut point se départir de son aversion pour Fanchon. Aussitôt que Landry essayait de lui en parler et de le mettre dans ses intérêts, Sylvinet s’affligeait, lui faisait reproche de s’ob-