Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 9, 1856.pdf/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
163
LA COMTESSE DE RUDOLSTADT.


À ces titres ou du moins à la plupart d’entre eux, nous trouvons des titres moins connus accolés au nom d’Albert Podiebrad, dans un chiffre moins lisible que celui des francs-maçons, tels que chevalier de Saint-Jean, sublime Joannite, maître du nouvel Apocalypse, docteur de l’Évangile éternel, élu de l’Esprit-Saint, templiste, aréopagite, mage, homme-peuple, homme-pontife, homme-roi, homme nouveau, etc. Nous avons été surpris de voir ici quelques titres qui sembleraient empruntés par anticipation à l’illuminisme de Weishaupt ; mais cette particularité nous a été expliquée plus tard, et n’aura pas besoin de commentaire pour nos lecteurs à la fin de cette histoire.

À travers le labyrinthe de faits obscurs, mais profonds, qui se rattachent aux travaux, aux succès, à la dispersion et à l’extinction apparente des Invisibles, nous avons bien de la peine à suivre de loin l’étoile aventureuse de notre jeune couple. Cependant, en suppléant par un commentaire prudent à ce qui nous manque, voici à peu près l’historique abrégé des principaux événements de leur vie. L’imagination du lecteur aidera à la lettre ; et pour notre compte, nous ne doutons pas que les meilleurs dénoûments ne soient ceux dont le lecteur veut bien se charger pour son compte, à la place du narrateur [1].

Il est probable que ce fut en quittant le saint Graal que Consuelo se rendit à la petite cour de Bareith, où la margrave, sœur de Frédéric, avait des palais, des jardins, des kiosques et des cascades, dans le goût de ceux du comte Hoditz à Roswald, quoique moins somptueux et moins dispendieux ; car cette spirituelle princesse avait été mariée sans dot à un très-pauvre prince, et il n’y avait pas longtemps qu’elle avait des robes dont la queue fût raisonnable, et des pages dont le pourpoint ne montrât pas la corde. Ses jardins, ou plutôt son jardin, pour parler sans métaphore, était situé dans un paysage admirable, et elle s’y donnait le plaisir d’un opéra italien, dans un temple antique, d’un goût un peu Pompadour. La margrave était très-philosophe, c’est-à-dire voltairienne. Le jeune margrave héréditaire, son époux, était chef zélé d’une loge maçonnique. J’ignore si Albert fut en relations avec lui et si son incognito fut protégé par le secret des frères, ou bien s’il se tint éloigné de cette cour pour rejoindre sa femme un peu plus tard. Sans doute Consuelo avait là quelque mission secrète. Peut-être aussi, pour éviter d’attirer sur son époux l’attention qui se fixait en tous lieux sur elle, elle ne vécut pas publiquement auprès de lui dans les premiers temps. Leurs amours eurent sans doute alors tout l’attrait du mystère ; et si la publicité de leur union, consacrée par la sanction fraternelle des templistes, leur avait paru douce et vivifiante, le secret dont ils s’entourèrent dans un monde hypocrite et licencieux fut pour eux, dans les commencements, une égide nécessaire, et une sorte de muette protestation, où ils puisèrent leur enthousiasme et leur force.

Plusieurs chanteuses et chanteurs italiens firent à cette époque les délices de la petite cour de Bareith. La Corilla et Anzoleto y parurent, et l’inconséquente prima donna s’enflamma de nouveaux feux pour le traître qu’elle avait voué naguère à toutes les furies de l’enfer. Mais Anzoleto, en cajolant la tigresse, s’efforça prudemment, et avec une mystérieuse réserve, de trouver grâce auprès de Consuelo, dont le talent grandi par tant de secrètes et profondes révélations, éclipsait toutes les rivalités. L’ambition était devenue la passion dominante du jeune ténor ; l’amour avait été étouffé sous le dépit, la volupté même sous la satiété. Il n’aimait donc ni la chaste Consuelo, ni la fougueuse Corilla ; mais il ménageait l’une et l’autre, tout prêt à se rattacher en apparence à celle des deux qui le prendrait à sa suite et l’aiderait à se faire avantageusement connaître. Consuelo lui témoigna une paisible amitié, et ne lui épargna pas les bons conseils et les consciencieuses leçons qui pouvaient donner l’essor à son talent. Mais elle ne sentit plus auprès de lui aucun trouble, et la mansuétude de son pardon lui révéla à elle-même l’absolue consommation de son détachement. Anzoleto ne s’y méprit pas. Après avoir écouté avec fruit les enseignements de l’artiste, et feint d’entendre avec émotion les conseils de l’amie, il perdit la patience en perdant l’espoir, et sa profonde rancune, son amer dépit, percèrent malgré lui dans son maintien et dans ses paroles.

Sur ces entrefaites, il paraît que la jeune baronne Amélie de Rudolstadt arriva à la cour de Bareith avec la princesse de Culmbach, fille de la comtesse Hoditz. S’il faut en croire quelques témoins indiscrets ou exagérateurs, de petits drames assez bizarres se passèrent alors entre ces quatre personnes, Consuelo, Amélie, Corilla et Anzoleto. En voyant paraître à l’improviste le beau ténor sur les planches de l’opéra de Bareith, la jeune baronne s’évanouit. Personne ne s’avisa de remarquer la coïncidence ; mais le regard de lynx de la Corilla avait saisi sur le front du ténor un rayonnement particulier de vanité satisfaite. Il avait manqué son passage d’effet ; la cour, distraite par la pâmoison de la jeune baronne, n’avait pas encouragé le chanteur ; et, au lieu de maugréer entre ses dents, comme il faisait toujours en pareil cas, il avait sur les lèvres un sourire de triomphe non équivoque.

« Tiens ! dit la Corilla d’une voix étouffée à Consuelo en rentrant dans la coulisse, ce n’est ni toi ni moi qu’il aime, c’est cette petite sotte qui vient de faire une scène pour lui. La connais-tu ? qui est-elle ?

— Je ne sais, répondit Consuelo qui n’avait rien remarqué ; mais je puis t’assurer que ce n’est ni elle, ni toi, ni moi qui l’occupons.

— Qui donc, en ce cas ?

— Lui-même, al solito ! » reprit Consuelo en souriant.

La chronique ajoute que le lendemain matin Consuelo fut demandée dans un bosquet retiré de la résidence pour s’entretenir avec la baronne Amélie à peu près ainsi qu’il suit :

« Je sais tout ! aurait dit cette dernière d’un air irrité, avant de permettre à Consuelo d’ouvrir la bouche ; c’est vous qu’il aime ! c’est vous, malheureuse, fléau de ma vie, qui m’avez enlevé le cœur d’Albert et le sien.

— Le sien, madame ? J’ignore…

— Ne feignez pas, Anzoleto vous aime, vous êtes sa maîtresse, vous l’avez été à Venise, vous l’êtes encore…

— C’est une infâme calomnie, ou une supposition indigne de vous, Madame.

— C’est la vérité, vous dis-je. Il me l’a avoué cette nuit.

— Cette nuit ! Oh ! Madame, que m’apprenez-vous ? » s’écria Consuelo en rougissant de honte et de chagrin…

Amélie fondit en larmes, et quand la bonne Consuelo eut réussi à calmer sa jalousie, elle obtint malgré elle la confidence de cette malheureuse passion. Amélie avait vu Anzoleto chanter sur le théâtre de Prague ; elle avait été enivrée de sa beauté et de ses succès. Ne comprenant rien à la musique, elle l’avait pris sans hésitation pour le premier chanteur du monde, d’autant plus qu’à Prague il avait eu un succès de vogue. Elle l’avait mandé auprès d’elle comme maître de chant, et pendant que son pauvre père, le vieux baron Frédéric, paralysé par l’inaction, dormait dans son fauteuil tout en rêvant de meutes en fureur et de sangliers aux abois, elle avait succombé à la séduction. L’ennui et la vanité l’avaient poussée à sa perte. Anzoleto, flatté de cette illustre conquête, et voulant se mettre à la mode par un scandale, lui avait persuadé qu’elle avait de l’étoffe pour devenir la plus grande cantatrice de son siècle, que la vie d’artiste était un paradis sur la terre, et qu’elle n’avait rien

    Quelques-uns sont peut-être postérieurs à l’époque dont nous parlons. Nous renvoyons la rectification aux thuileurs érudits. Il y a eu, je crois, plus de cent grades dans certains rites.

  1. À telles enseignes que l’histoire de Jean Kreyssler nous paraît être le roman le plus merveilleux d’Hoffmann. La mort ayant surpris l’auteur avant la fin de son œuvre, le poëme se termine dans les imaginations sous mille formes différentes plus fantastiques les unes que les autres. C’est ainsi qu’un beau fleuve se ramifie vers son embouchure et se perd en mille filets capricieux dans les sables dorés de la grève.