Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, 1854.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
LE SECRÉTAIRE INTIME.

encore eu de grands rois sur la terre, il n’y a eu que de grands capitaines, des héros d’ambition, d’intelligence et de bravoure ; pas un seul prince à la fois hardi, loyal, éclairé, froid, persévérant. Dans toutes les biographies illustres, la nature infirme perce toujours. Ce n’est pourtant pas à dire qu’il faille abandonner l’œuvre et désespérer de l’avenir du monde. L’esprit humain n’a pas encore atteint la limite où il doit s’arrêter : tout ce qui est nettement concevable est exécutable. »

Après avoir parlé ainsi, elle tombait dans de profondes rêveries ; ses sourcils se fronçaient légèrement. Son grand œil sombre semblait s’enfoncer dans ses orbites ; l’ambition agrandissait son front brûlant. On l’eût prise pour la fille de Napoléon.

Dans ces instants-là Saint-Julien avait peur d’elle.

« Qu’est-ce que la charité ? qu’est-ce que l’amour ? se disait-il ; que sont toutes les vertus et toutes les poésies, et tous les sentiments pieux et tendres pour une âme brûlée de ces ambitions immenses ? »

Mais s’il la voyait jeter aux pauvres l’or de sa bourse et jusqu’aux pièces de son vêtement ; s’il l’entendait, d’une voix amicale et presque maternelle, interroger les malades et consoler les affligés, il était plus touché de ces marques de bonté familière qu’il ne l’eût été d’actions plus grandes faites par une autre femme.

Un jour un postillon tomba sous ses chevaux et fut grièvement blessé. La princesse s’élança la première à son secours ; et, sans crainte de souiller son vêtement dans le sang et dans la poussière, sans craindre d’être atteinte et blessée elle-même par les pieds des chevaux, au milieu desquels elle se jeta, elle le secourut et le pansa de ses propres mains. Elle le fit avec tant de zèle et de soin, que Saint-Julien aurait cru qu’elle y mettait de l’affectation s’il ne l’eût vue tancer sérieusement son page, qui criait pour une égratignure, repousser avec colère les mendiants qui étalaient sous ses yeux de fausses plaies, négliger, en un mot, toutes les occasions de déployer une compassion inutile et crédule.

Enfin on arriva à Monteregale, et la princesse, ayant fait ouvrir sa voiture, montra de loin à Saint-Julien les tours d’une jolie forteresse en miniature qui dominait sa capitale. La capitale blanche et mignonne parut bientôt elle-même au milieu d’une vallée délicieuse. La garnison, composée de cinq cents hommes, arriva à la rencontre de sa gracieuse souveraine. Les douze pièces de canon des forts firent le plus beau bruit qu’elles purent, et l’inévitable harangue des magistrats fut prononcée aux portes de la ville.

Quintilia parut recevoir ces honneurs avec un peu de hauteur et d’ironie. Peut-être en eût-elle mieux supporté l’ennui si l’éclat d’une plus vaste puissance les eût rehaussés au gré de son orgueil. Cependant elle se donna la peine de faire à Saint-Julien les honneurs de sa petite principauté avec beaucoup de gaieté. Elle eut l’esprit de ne point trop souffrir du ridicule de ses magistrats, de la mesquinerie de ses forces militaires et de l’exiguïté de ses domaines. Elle s’exécuta de bonne grâce pour en rire, et ne perdit néanmoins aucune occasion de lui faire adroitement remarquer les effets d’une sage administration.

Au reste elle prenait trop de peine. Saint-Julien, qui n’avait jamais vu que les tourelles lézardées du manoir héréditaire et leurs rustiques alentours, était rempli d’une naïve admiration pour cet appareil de royauté domestique. La beauté du ciel, les riches couleurs du paysage, l’élégance coquette du palais, construit dans le goût oriental sur les dessins de la princesse, les grands airs des seigneurs de sa petite cour, les costumes un peu surannés, mais riches, des dignitaires de sa maison, tout prenait aux yeux du jeune campagnard un aspect de splendeur et de majesté qui lui faisait envisager sa destinée comme un rêve.

Arrivée dans son palais, Quintilia fut tellement obsédée de révérences et de compliments, qu’elle ne put songer à installer son nouveau secrétaire. Lorsque Saint-Julien voulut aller prendre du repos, les valets, mesurant leur considération à la magnificence de son costume, l’envoyèrent dans une mansarde. Il y fit peu d’attention. Délicat de complexion et peu habitué à la fatigue, il s’y endormit profondément.

Le lendemain matin, il fut éveillé par la Ginetta.

« Monsieur le comte, lui dit-elle avec l’aplomb d’une personne qui sent toute la dignité de son personnage, vous êtes mal ici. Son Altesse ne sait pas où l’on vous a logé ; mais, comme elle n’a pas eu le temps de s’occuper de vous hier, elle vous prie d’attendre ici un jour ou deux, d’y prendre vos repas, d’en sortir le moins possible, de ne point vous montrer à beaucoup de personnes, de ne parler à aucune, et d’être assuré qu’elle s’occupe de vous installer d’une manière dont vous serez content. »

Après ce discours, la Ginetta le salua et sortit d’un air majestueux. Saint-Julien se conforma religieusement aux intentions de sa souveraine. Un vieux valet de chambre lui apporta des aliments très-choisis, le servit respectueusement sans lui adresser un mot, et lui remit quelques livres. Ce fut le seul souvenir qu’il eut de la princesse durant trois jours.

Le soir de cette troisième journée, comme il commençait à s’impatienter et à s’inquiéter un peu de cet abandon, il entendit, en même temps que l’horloge qui sonnait minuit, les pas légers d’une femme, et la Ginetta reparut.

« Venez, Monsieur, lui dit-elle d’un ton respectueux, mais avec un regard assez moqueur. Son Altesse Sérénissime m’ordonne de vous conduire à votre nouveau domicile. »

Saint-Julien la suivit à travers les combles du palais. Après de nombreux détours, elle ouvrit une porte dont elle avait la clef sur elle : mais, comme Julien allait la franchir à son tour, une figure allumée par la colère s’élança au-devant d’eux en s’écriant :

« Où allez-vous ?

— Que vous importe ? répondit hardiment la Ginetta. »

À la clarté vacillante du flambeau que portait la soubrette, Saint-Julien reconnut l’écuyer ou l’aide de camp Lucioli, qui jetait sur lui des regards furieux.

« J’ai le commandement de cette partie du château, dit-il : vous ne passerez point sans ma permission.

— En voici une qui vaut bien la vôtre, dit-elle en lui exhibant un papier. »

Lucioli y jeta les yeux, le froissa dans ses mains avec exaspération et le jeta sur les marches de l’escalier en proférant un horrible jurement. Puis il disparut après avoir lancé à Julien un nouveau regard de haine et de vengeance.

Cette rapide scène réveilla tous les doutes du jeune homme.

« Ou je n’ai aucune espèce de jugement, se dit-il, ou cette conduite est celle d’un amant disgracié qui voit en moi son successeur. »

Cette idée le troubla tellement, qu’il arriva tout tremblant au bas de l’escalier. Lorsque Ginetta se retourna pour lui remettre la clef de l’appartement, il était pâle, et ses genoux se dérobaient sous lui.

« Eh bien ! lui dit la soubrette à l’œil brillant, vous avez peur ?

— Non pas de Lucioli, Mademoiselle, répondit froidement Saint-Julien.

— Et de quoi donc alors ? dit-elle avec ingénuité. Tenez, Monsieur, vous êtes chez vous. La princesse vous fera avertir demain quand elle pourra vous recevoir. Un serviteur particulier répondra à votre sonnette. Bonne nuit, monsieur le comte. »

Elle lui lança un regard équivoque, où Saint-Julien ne put distinguer la malice ingénue d’un enfant de la raillerie agaçante d’une coquette. Il entra chez lui tout confus de ses vaines agitations, et craignant de jouer vis-à-vis de lui-même le rôle d’un fat.

L’appartement était décoré avec un goût exquis. Les draperies en étaient si fraîches, que Saint-Julien ne put s’empêcher de penser, malgré ses scrupules, que ce logement avait été préparé pour lui tout exprès. La simplicité austère des ornements, la sobriété des choses de