Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
LA PETITE FADETTE.

peine quelque autre chose qu’il ne disait point, parce qu’il n’eût su comment le dire : c’est qu’il lui était poussé dans le fin fond du cœur une jalousie terrible à l’endroit de Landry. Il était content, plus content que jamais il ne l’avait été, de voir qu’un chacun le tenait en estime et que ses nouveaux maîtres le traitaient aussi amiteusement que s’il avait été l’enfant de la maison. Mais si cela le réjouissait d’un côté, de l’autre il s’affligeait et s’offensait de voir Landry répondre trop, selon lui, à ces nouvelles amitiés. Il ne pouvait souffrir que, sur un mot du père Caillaud, tant doucement et patiemment qu’il fût appelé, il courût vitement au-devant de son vouloir, laissant là père, mère et frère, plus inquiet de manquer à son devoir qu’à son amitié, et plus prompt à l’obéissance que Sylvinet ne s’en serait senti capable quand il s’agissait de rester quelques moments de plus avec l’objet d’un amour si fidèle.



Ils s’en allèrent tous les deux par les chemins, se tenant par la main. (Page 4.)

Alors le pauvre enfant se mettait en l’esprit un souci que, devant, il n’avait eu, à savoir qu’il était le seul à aimer, et que son amitié lui était mal rendue ; que cela avait dû exister de tout temps sans être venu d’abord à sa connaissance ; ou bien que, depuis un temps, l’amour de son besson s’était refroidi, parce qu’il avait rencontré par ailleurs des personnes qui lui convenaient mieux et lui agréaient davantage.

VII.

Landry ne pouvait pas deviner cette jalousie de son frère ; car, de son naturel, il n’avait eu, quant à lui, jalousie de rien en sa vie. Lorsque Sylvinet venait le voir à la Priche, Landry, pour le distraire, le conduisait voir les grands bœufs, les belles vaches, le brebiage conséquent et les grosses récoltes du fermage au père Caillaud ; car Landry estimait et considérait tout cela, non par envie, mais pour le goûl qu’il avait au travail de la terre, à l’élevage des bestiaux, et pour le beau et le bien fait dans toutes les choses de la campagne. Il prenait plaisir à voir propre, grasse et reluisante, la pouliche qu’il menait au pré, et il ne pouvait souffrir que le moindre ouvrage fût fait sans conscience, ni qu’aucune chose pouvant vivre et fructifier, fût délaissée, négligée et comme méprisée, emmy les cadeaux du bon Dieu. Sylvinet re-