Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 1, 1852.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
39
VALENTINE.

du lieu où elle avait éprouvé cette frayeur, elle vit de loin un homme qui traversait l’allée, et qui avait la taille et le costume de Bénédict.

Il détermina Louise à demander un nouveau rendez-vous à sa sœur. Il l’accompagna comme la première fois, et se tint à distance pendant qu’elles causaient ensemble. Quand Louise le rappela, il s’approcha dans un trouble inexprimable.

— Eh bien ! mon cher Bénédict, lui dit Valentine qui avait rassemblé tout son courage pour cet instant, voici la dernière fois que nous nous verrons d’ici à longtemps peut-être. Louise vient de m’annoncer son prochain départ et le vôtre.

— Le mien ! dit Bénédict avec amertume. Pourquoi le mien, Louise ? Qu’en savez-vous ?

Il sentit tressaillir la main de Valentine, que dans l’obscurité il avait gardée entre les siennes.

— N’êtes-vous pas décidé, répondit Louise, à ne pas épouser votre cousine, du moins pour cette année ? Et votre intention n’est-elle pas de vous établir dès lors dans une situation indépendante !

— Mon intention est de ne jamais épouser personne, répondit-il d’un ton dur et énergique. Mon intention est aussi de ne demeurer à la charge de personne ; mais il n’est pas prouvé que mon intention soit de quitter le pays.

Louise ne réponidit rien et dévora des larmes que l’on ne pouvait voir couler. Valentine pressa faiblement la main de Bénédict afin de pouvoir dégager la sienne, et ils se séparèrent plus émus que jamais.

Cependant on faisait au château les apprêts du mariage de Valentine. Chaque jour apportait de nouveaux présents de la part du fiancé ; il devait arriver lui-même aussitôt que les devoirs de sa charge le permettraient, et la cérémonie était fixée au surlendemain ; car M. de Lansac, le précieux diplomate, avait bien peu de temps à perdre à l’action futile d’épouser Valentine.

Un dimanche, Bénédict avait conduit en carriole sa tante et sa cousine à la messe, au plus gros bourg de la vallée. Athénaïs, jolie et parée, avait retrouvé tout l’éclat de son teint, toute la vivacité de ses yeux noirs. Un grand gars de cinq pieds six pouces, que le lecteur a déjà vu sous le nom de Pierre Blutty, avait accosté les dames de Grangeneuve, et s’était placé dans le même banc, à côté d’Athénaïs. C’était une évidente manifestation de ses prétentions auprès de la jeune fermière, et l’attitude insouciante de Bénédict, appuyé à quelque distance contre un pilier, fut pour tous les observateurs de la contrée un signe non équivoque de rupture entre lui et sa cousine. Déjà Moret, Simonneau et bien d’autres s’étaient mis sur les rangs ; mais Pierre Blutty avait été le mieux accueilli.

Quand le curé monta en chaire pour faire le prône, et que sa voix cassée et chevrotante rassembla toute sa force pour énoncer les noms de Louise-Valentine de Raimbault et de Norbert-Évariste de Lansac, dont la seconde et dernière publication s’affichait ce jour même aux portes de la mairie, il y eut sensation dans l’auditoire, et Athénaïs échangea avec son nouvel adorateur un regard de satisfaction et de malice ; car l’amour ridicule de Bénédict pour mademoiselle de Raimbault n’était point un secret pour Pierre Blutty ; Athénaïs, avec sa légèreté accoutumée, s’était livrée au plaisir d’en médire avec lui, afin peut-être de s’encourager à la vengeance. Elle se hasarda même à se retourner doucement pour voir l’effet de cette publication sur son cousin, mais, de rouge et triomphante qu’elle était, elle devint pâle et repentante quand elle eut envisagé les traits bouleversés de Bénédict.

XIX.

Louise, en apprenant l’arrivée de M. de Lansac, écrivit une lettre d’adieu à sa sœur, lui exprima dans les termes les plus vifs sa reconnaissance pour l’amitié qu’elle lui avait témoignée, et lui dit qu’elle allait attendre à Paris l’effet des bonnes intentions de M. de Lansac pour leur rapprochement. Elle la suppliait de ne point brusquer cette demande, et d’attendre que l’amour de son mari eût consolidé le succès qu’elle devait en attendre.

Après avoir fait passer cette lettre à Valentine par l’intermédiaire d’Athénaïs, qui alla en même temps faire part à la jeune comtesse de son prochain mariage avec Pierre Blutty, Louise fit les apprêts de son voyage. Effrayée de l’air sombre et de la taciturnité presque brutale de Bénédict, elle n’osa chercher un dernier entretien avec lui. Mais le matin même de son départ, il vint la trouver dans sa chambre, et, sans avoir la force de lui dire une parole, il la pressa contre son cœur en fondant en larmes. Elle ne chercha point à le consoler, et, comme ils ne pouvaient rien se dire qui adoucît leur peine mutuelle, ils se contentèrent de pleurer ensemble en se jurant une éternelle amitié. Ces adieux soulagèrent un peu le cœur de Louise ; mais, en la voyant partir, Bénédict sentit s’évanouir la dernière espérance qui lui restât d’approcher de Valentine.

Alors il tomba dans le désespoir. De ces trois femmes qui naguère l’accablaient à l’envi de prévenances et d’affection, il ne lui en restait pas une ; il était seul désormais sur la terre. Ses rêves si riants et si flatteurs étaient devenus sombres et poignants. Qu’allait-il devenir ?

Il ne voulait plus rien devoir à la générosité de ses parents ; il sentait bien qu’après l’affront fait à leur fille il ne devait plus rester à leur charge. N’ayant pas assez d’argent pour aller habiter Paris, et pas assez de courage, dans un moment aussi critique, pour s’y créer une existence à force de travail, il ne lui restait d’autre parti à prendre que d’aller habiter sa cabane et son champ, en attendant qu’il eût repris la volonté d’aviser à quelque chose de mieux.

Il fit donc arranger, aussi proprement que le lui permirent ses moyens, l’intérieur de sa chaumière ; ce fut l’affaire de quelques jours. Il loua une vieille femme pour faire son ménage, et il s’installa chez lui après avoir pris congé de ses parents avec cordialité. La bonne femme Lhéry sentit s’évanouir tout le ressentiment qu’elle avait conçu contre lui et pleura en l’embrassant. Le brave Lhéry se fâcha et voulut de force le retenir à la ferme ; Athénaïs alla s’enfermer dans sa chambre, où la violence de son émotion lui causa une nouvelle attaque de nerfs. Car Athénaïs était sensible et impétueuse ; elle ne s’était attachée à Blutty que par dépit et vanité ; au fond de son cœur elle chérissait encore Bénédict, et lui eût accordé son pardon s’il eût fait un pas vers elle.

Bénédict ne put s’arracher de la ferme qu’en donnant sa parole d’y revenir après le mariage d’Athénaïs. Quand il se trouva, le soir, seul dans sa maisonnette silencieuse, ayant pour tout compagnon Perdreau assoupi entre ses jambes, pour toute harmonie le bruit de la bouilloire qui contenait son souper, et qui grinçait sur un ton aigre et plaintif devant les fagots de l’âtre, un sentiment de tristesse et de découragement s’empara de lui. À vingt-deux ans, après avoir connu les arts, les sciences, l’espérance et l’amour, c’est une triste fin que l’isolement et la pauvreté !

Ce n’est pas que Bénédict fut très-sensible aux avantages de la richesse, il était dans l’âge où l’on s’en passe le mieux ; mais on ne saurait nier que l’aspect des objets extérieurs n’ait une influence immédiate sur nos pensées, et ne détermine le plus souvent la teinte de notre humeur. Or, la ferme avec son désordre et ses contrastes était un lieu de délices, en comparaison de l’ermitage de Bénédict. Les murs bruts, le lit de serge en forme de corbillard, quelques vases de cuisine en cuivre et en terre, disposés sur des rayons, le pavé en dalles calcaires inégales et ébréchées de tous côtés, les meubles grossiers, le jour rare et gris qui venait de quatre carreaux irisés par le soleil et la pluie, ce n’était pas là de quoi faire éclore des rêves brillants. Bénédict tomba dans une triste méditation. Le paysage qu’il découvrait par sa porte entr’ouverte, quoique pittoresque et vigoureusement dessiné, n’était pas non plus de nature à donner une physionomie très-riante à ses idées. Une ravine sombre et semée de genêts épineux le séparait du chemin raide et tortueux qui se déroulait comme un serpent sur la colline opposée, et,